En pleine expansion, Meininger traverse l’Atlantique et débarque aux États-Unis

En marge de son développement très soutenu en Europe, l’enseigne hôtelière annonce une première implantation aux États-Unis, à Washington, D.C.

C’est une étape majeure pour l’hébergeur MEININGER. Alors qu’en Europe, il exploite déjà un parc de 24 établissements, répartis dans 8 pays (Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark, Grande-Bretagne, Italie, Pays-Bas et Russie) et 14 grandes villes, une nouveauté de taille vient conforter sa volonté affichée d’expansion ailleurs dans le monde.

En effet, pour la première fois, MEININGER quitte le continent européen pour exporter son concept innovant d’hôtels hybrides outre-Atlantique, aux États-Unis. Ainsi, son premier établissement américain ouvrira ses portes à Washington, D.C., fin 2020, doté de 154 chambres pour un total de 616 lits. Le chantier de construction doit durer 2 ans.

Développée sur 13 étages et une superficie d’environ 7 000 m2, cette future implantation est prévue au 35 New York Avenue NE, dans le quartier de NoMa, près de la gare historique Union Station. Pour mener à bien cette grande première, MEININGER a signé un contrat de location longue durée avec Altus Realty, propriétaire et promoteur du projet, qui est une société américaine de développement et d’investissement immobilier, basée à Washington, D.C.

L’hôtel reprend en tout point les spécificités du concept hôtelier unique de MEININGER. À savoir, plusieurs catégories d’hébergement, des chambres doubles classiques aux chambres single, en passant par des dortoirs à partager. En outre, réparties sur deux étages complets, les parties communes abriteront une grande réception, un salon et un bar, au rez-de-chaussée, un espace petit déjeuner, une cuisine et une zone de jeux, au 2ème étage.

D’ici à ce que le MEININGER Washington ouvre ses portes, l’hôtelier basé à Berlin et filiale du premier groupe touristique indien Cox & Kings, a de nombreuses inaugurations inscrites à son agenda européen, notamment

en France. Ses deux premières implantations, actuellement en pleine construction, sont attendues l’année prochaine : Paris Porte de Vincennes (249 chambres – 946 lits) doit ouvrir pour l’été 2019 puis Lyon (169 chambres – 590 lits), fin 2019. Bordeaux complétera le dispositif tricolore, en 2021 (162 chambres – 493 lits) qui conduira MEININGER à exploiter au moins 580 chambres, soit 2 029 lits, dans l’Hexagone.

En outre, MEININGER travaille sur 9 nouvelles implantations qui sont d’ores et déjà en cours de réalisation : Budapest (184 chambres – 751 lits), Munich (172 chambres – 822 lits), Heidelberg (100 chambres – 331 lits) et Bruxelles (150 chambres – 678 lits) ouvriront en 2019 ; puis en 2020, ce sera le tour d’Innsbruck (75 chambres – 260 lits) ; enfin, en 2021, Dresde (173 chambres – 704 lits), Genève (104 chambres – 368 lits), Glasgow (160 chambres – 594 lits) et Zurich (174 chambres – 582 lits) clôtureront la liste.

En Europe, MEININGER est d’ores et déjà à la tête d’un vaste parc hôtelier constitué de 3 623 chambres représentant un total de 12 662 lits. En effet, depuis début 2018, MEININGER a enchaîné les ouvertures, au nombre de sept : en Italie, deux adresses à Milan (80 chambres – 268 lits / 131 chambres – 475 lits) et une à Rome (118 chambres – 319 lits) ; en Allemagne, deux implantations à Berlin (245 chambres – 833 lits / 238 chambres – 847 lits) ; aux Pays-Bas, à Amsterdam (186 chambres – 806 lits) et en Russie, à Saint-Pétersbourg (158 chambres – 557 lits).

« Nous sommes très heureux de pouvoir réaliser notre premier projet aux États-Unis dans la capitale, Washington, D.C. Avec de nombreuses écoles et de groupes de jeunes visiteurs, une large offre culturelle et en tant que centre politique du pays, Washington, D.C., est la ville idéale pour présenter MEININGER au marché nord-américain. Nous sommes également fiers qu’Altus Realty, un partenaire expérimenté, soit à nos côtés dans ce projet », a déclaré Hannes Spanring, le PDG de MEININGER.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY