Emirates recrute des pilotes professionnels à Hong Kong

Emirates est sûrement la compagnie aérienne qui emploie le plus grand nombre d’étrangers. La compagnie de Dubaï organise régulièrement des « roadshow » afin de recruter du personnel de bord. Emirates choisit Hong Kong car elle espère peut-être séduire des pilotes de Cathay Pacific qui n’est pas en grande forme.

Cathay Pacific a été pénalisé par la concurrence et pas le carburant

Si les résultats n’étaient loin d’être mauvais en 2015, l’année 2016 devrait être plus compliquée. La croissance devrait être ralentie pour plusieurs raisons. La compagnie Cathay doit respecter son contrat avec son personnel navigant et notamment des pilotes. Cet accord réduit considérablement la flexibilité et la capacité de former de nouveaux pilotes.

Cathay Pacific doit procéder à l’intégration plus poussée Dragonair, devenue Cathay Dragon. Enfin, elle subit la concurrence des compagnies aériennes de Chine continentale. La demande pour les sièges de première et de classe affaires est moins importante et va peser sur les résultats.

A_bird's_eye_view_of_Hong_Kong_International_AirportUn roadshow dans un hôtel proche de l’aéroport

Le roadshow pilote a eu lieu les 29 et 30 Juillet au Regal Airport Hôtel proche de l’aéroport international de Hong Kong. Les pilotes d’Emirates bénéficient d’un salaire compétitif en franchise d’impôt, une assurance médicale et dentaire, des congés annuels et d’un hébergement offert par l’entreprise.

La compagnie de Dubaï permet une évolution rapide des pilotes

Emirates offre une mise à niveau des pilotes afin de leur permettre d’obtenir le rang de commandant de bord dans une période relativement courte de temps. C’est un avantage apprécié par les jeunes pilotes car les autres transporteurs long-courriers ne sont pas aussi dynamiques. Il faut dire qu’Emirates possède plus de 200 appareils gros porteurs, un réseau mondial de 154 destinations dans 81 pays sur six continents.

Les pilotes chinois seront sûrement intéressés par tous ces avantages.

 

Print Friendly, PDF & Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY