Emirates bénéficiaire malgré la crise du coronavirus

© Emirates

Le Groupe Emirates a annoncé sa 32e année consécutive de rentabilité, malgré un chiffre d’affaires en baisse. La fermeture programmée d’une piste à l’aéroport de Dubaï et les restrictions sur les vols et les voyages du fait de la pandémie de Covid-19 ont pesé sur l’activité aux premier et quatrième trimestres respectivement.

Le bénéfice du Groupe Emirates, tel qu’il ressort du rapport annuel 2019-20, s’inscrit à 1,7 milliard AED (456 millions USD) pour l’exercice clos le 31 mars 2020, en retrait de 28% par rapport à l’année précédente. Le chiffre d’affaires du Groupe ressort à 104,0 milliards AED (28,3 milliards USD), en baisse de 5% par rapport à l’exercice précédent.

La trésorerie du Groupe s’établit à 25,6 milliards AED (7,0 milliards USD), en hausse de 15% sur un an grâce principalement à une solide performance opérationnelle jusqu’en février 2020 et à la diminution des coûts de carburant par rapport à l’année précédente.

Compte tenu de la conjoncture exceptionnelle engendrée par la pandémie et dans le souci de préserver la trésorerie du Groupe, aucun dividende ne sera versé cette année. L’année dernière, un dividende de 500 millions AED (136 millions USD) avait été versé à la société Investment Corporation of Dubaï.

Pour 16 milliards de commandes

« Sur les 11 premiers mois de 2019-20, Emirates et Dnata ont réalisé une solide performance, plaçant le Groupe en bonne position d’atteindre ses objectifs. Toutefois, à partir de la mi-février, la situation a rapidement évolué à mesure que la pandémie de Covid-19 a balayé la planète. La demande de transport aérien a brusquement périclité sous l’impact des fermetures de frontières et des lourdes restrictions sur les voyages », a déclaré le Cheikh Ahmed bin Saeed Al Maktoum, Président-Directeur général d’Emirates Airline et du Groupe.

Au salon aéronautique de Dubaï, en novembre 2019, Emirates a annoncé une commande de 16 milliards USD pour 50 Airbus A350 XWB et une commande de 8,8 milliards USD pour 30 Boeing 787 Dreamliners. Les premières livraisons attendues en 2023 viendront diversifier la flotte d’Emirates, conférant une flexibilité dans la mise en œuvre de son modèle de hub long-courrier.

Répondant aux impératifs de modernité et d’efficience qui président de longue date à notre stratégie, ces nouveaux appareils ramèneront une nouvelle fois l’âge moyen de notre flotte bien en deçà de la moyenne du secteur.

Impact énorme sur l’exercice 2020/21

« La pandémie de Covid-19 aura un impact énorme sur notre performance en 2020/21. Les opérations passagers d’Emirates sont suspendues provisoirement depuis le 25 mars et l’activité de dnata pâtit également du tarissement du trafic aérien et de la demande de voyage à travers le monde. Nous continuons de prendre des mesures volontaristes de gestion des coûts et à mettre en œuvre toutes les actions nécessaires pour la sauvegarde notre entreprise, tout en nous préparant à la reprise des opérations. Nous n’attendons pas de retour de la demande de voyage à un semblant de normalité avant 18 mois au moins. Dans l’intervalle, nous maintenons un engagement actif auprès des régulateurs et des parties prenantes concernées œuvrant à la définition des normes qui assureront la santé et la sécurité des voyageurs et des opérateurs dans le monde d’après. Emirates et dnata se tiennent prêts à réactiver nos opérations au service de nos clients dès que les circonstances le permettront », a conclu le Cheikh Ahmed bin Saeed Al Maktoum. (TI)

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY