Jakarta déménage à Bornéo

La capitale politique de l’Indonésie ne sera bientôt plus Jakarta, mégalopole surpeuplée et menacée par la montée des eaux. Joko Widodo, le président indonésien, a annoncé ce lundi que la capitale indonésienne déménagera sur l’île de Bornéo. Une aberration pour les associations écologiques…

Jakarta, qui s’est développée sur le site de l’ancienne capitale Batavia établie par les colons hollandais il y a près de cinq cents ans, voit une partie de son territoire s’enfoncer sous les eaux. Au rythme actuel, un tiers de la ville pourrait se retrouver sous la mer d’ici à 2050, selon des experts environnementaux.

La capitale est fragilisée par une mauvaise planification urbaine et le fait qu’une bonne partie des habitants n’a pas de réseau d’adduction d’eau et puise dans les nappes phréatiques ce qui entraîne l’affaissement de quartiers entiers. A tout ça s’ajoutent des embouteillages monstres, la pollution et les risques sismiques. Le gouvernement avait annoncé en mai qu’il déciderait cette année de l’emplacement d’une nouvelle capitale politique. C’est fait depuis lundi.

Un déménagement à 32 Mds $ !

Le site a été d’abord retenu « parce qu’il présente un risque faible de désastre naturel », inondation, tremblement de terre, tsunami ou éruption volcanique, a souligné le président indonésien, alors qu’une vaste partie du territoire de l’Indonésie est située sur la ceinture de feu du Pacifique.

Le nouveau site, dans la province orientale de Kalimantan (partie indonésienne de Bornéo), a été choisi « en second lieu parce que sa localisation est stratégique, c’est au centre de l’Indonésie », a-t-il noté.

Le site proposé, entre les villes de Balikpapan et Samarinda, est situé dans une région de forêt tropicale dotée d’une grande biodiversité. La future capitale n’a pas encore été baptisée officiellement. « Le fardeau supporté actuellement par Jakarta est trop lourd en tant que centre politique, économique, financier ainsi que pour le commerce et les services », a souligné le président indonésien. Et « depuis qu’elle est indépendante, l’Indonésie n’a jamais choisi sa capitale », a-t-il rappelé.

L’île des orang-outans…

Le gouvernement va élaborer une loi qui sera proposée au Parlement pour acter le changement de capitale, a précisé le président qui a estimé à quelque 32 milliards de dollars le coût de l’opération. Après une phase de préparation en 2020, le déménagement des institutions gouvernementales devrait commencer à partir de 2024.

Mais ce déménagement menacerait la biodiversité de l’île, comme le pointent du doigt les associations écologiques. L’île de Bornéo abrite en effet une faune et une flore sauvages, avec notamment une population d’orangs-outans (photo ci-dessus), qui serait potentiellement menacée par la construction d’une nouvelle mégapole.


Chaque année, l'Indonésie est ravagée par des incendies de forêts et de terres agricoles. (Mercredi 21 février 2018) Violents incendies en Indonésie

Alors que les incendies grignotent la forêt amazonienne, l’Indonésie est aussi sujette à une catastrophe écologique. Avec l’arrivée de la saison sèche, près de 700 départs d’incendie ont été identifiés sur les îles de Sumatra et Bornéo ainsi que sur la province de Riau. En Asie du Sud, les feux de forêt se multiplient lors des périodes sèches.

« Cela ne signifie toutefois pas que la catastrophe soit due à la saison sèche, car ce sont souvent les humains qui ont allumé les feux » explique le « Jakarta Post ». « La plupart des feux de forêt indonésiens sont allumés illégalement pour défricher des terres afin d’extraire du caoutchouc et planter des palmiers à huile », explique le Global Forest Watch. En six mois, ce sont 135.747 hectares qui sont partis en fumée.

Print Friendly, PDF & Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY