Destination-Découverte: Guam

Pourquoi irais-je me perdre à Guam, vous demandez-vous ? Eh bien, vous avez tort: la destination est vraiment intéressante. Commençons par la situer, et puis un peu d’histoire.

Guam est en Micronésie, dans l’archipel des Mariannes, dont c’est la plus grande île, aux bords de la mer des Philippines. Les ethnologues pensent que les premiers habitants étaient des Chinois qui, quittant Taiwan, ont atteint les Philippines, et de là l’Indonésie et la plupart des îles du Pacifique.

Dès 1521, Magellan (re)découvre l’île, habitée par une population qu’il baptise du nom de « Chamorros ». Il est suivi par d’autres explorateurs espagnols qui en prennent possession au nom du roi d’Espagne. Mais l’île passe ensuite aux Etats-Unis, lesquels ont gagné la guerre hispano-américaine en 1898.

En 1941, comme chacun sait, le Japon attaque Pearl Harbour dans l’archipel hawaïen, et trois jours plus tard il s’en prend à Guam, jusqu’à la reconquête américaine de 1944. Depuis, l’île est restée une base aérienne de toute première importance, avec ses bombardiers stratégiques à portée, par exemple, de la Corée du Nord, et sa base navale qui accueille les porte-avions de la Navy. Mais l’île ne se résume pas à une base militaire, loin de là !

Il reste à Guam de très beaux villages de la culture chamorro, l’ancien fort espagnol de Nuestra Señora de la Soledad, et de somptueuses plages tropicales. Malheureusement, l’île est infestée de serpents (ont dit qu’il y en aurait 2 millions !) qui dévorent les œufs des oiseaux, dont des espèces endémiques rares, ainsi que les chauves-souris. Et la disparition des oiseaux et les chauves-souris est à son tour responsable de la prolifération des araignées… Toutes celles et ceux qui ont la phobie des serpents et des araignées, abstenez-vous ! Mais comme à chaque mal existe un remède, on donne aux serpents… du paracétamol ! Ils y sont allergiques et en meurent.

Il y a sur l’île près de 170.000 habitants, de nationalité américaine, même si le statut de Guam est particulier. Ainsi, ses habitants n’ont pas le droit de voter pour élire le Président américain. Ils ont droit uniquement à un représentant à la Chambre des USA, comme observateur, sans droit de vote.

Mais localement, le parlement situé dans la capitale Hagåtña, possède une large autonomie. C’est ainsi qu’en juin 2015, Guam devint le premier territoire des États-Unis à adopter le mariage homosexuel.

Le tourisme est bien développé sur l’île, principalement grâce aux familles des militaires en garnison, qui viennent profiter du climat et des plages de rêve.

Pour s’y rendre, on a vraiment l’embarras du choix. Les compagnies régulières relient Guam à Séoul et Busan, Manille, Taïwan, Tokyo, Osaka… American Airlines à elle seule propose des vols depuis Honolulu, Hong-Kong, Manille, Tokyo, Nagoya, et même Pékin en saison.

N’est-ce pas tentant ? Comme disait un Président français : « C’est beau… mais c’est loin ! »



Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY