Destination – découverte (13): Tokelau Islands (Atafu, Fakaofu, Union)

Tokelau Islands

Ne tournons pas autour du pot : c’est plutôt moche. Mais c’est la destination la plus originale du monde, dans le pays qui a le PIB le plus bas du monde. Le revenu moyen par personne et par an est d’environ 700 €.

Mais les Tokelau sont-elles réellement un pays ? L’ONU le voudrait en tout cas, qui considère l’archipel comme une des dernières colonies du monde. Le problème, c’est que les habitants ne veulent pas l’indépendance ! Ils ne sont pas fous. Ils dépendent entièrement de la maison-mère, la Nouvelle-Zélande, qui n’est qu’à 3.000 km de là…

La population de ce que jadis on appelait les îles de l’Union est de moins de 1500 habitants, et elle diminue lentement. Il faut dire qu’il n’y a strictement rien sur ces 3 atolls, aucune terre un tant soit peu cultivable : toute la ressource provient de la pêche, des noix de coco, et des subventions néo-zélandaises.

Les Britanniques, qui au 19e siècle étaient les empereurs des océans, font des Tokelau un protectorat, qu’ils cèdent en 1925 à la Nouvelle-Zélande. On comprend pourquoi les locaux ne veulent pas changer de statut : ils ont le droit aujourd’hui à la citoyenneté néo-zélandaise, ils paient en dollar néo-zélandais, et avec ce revenu de 1000 $ par habitant et par an, on imagine qu’ils ne dépensent pas plus de 3 dollars par jour, donc les billets ne doivent pas être fréquents.

L’archipel a fait un peu parler de lui entre le 31 décembre 2011 et le 1er janvier 2012 : c’est à ce moment qu’il a décidé de changer de fuseau horaire, pour être en phase avec les Samoa, ses voisines, situées entre 650 et 470 km à vol d’oiseau (ou à coup de pagaie).

Les Européens ont apporté sur les îles leurs maladies et leurs religions, aussi la population est aujourd’hui catholique sur une île, protestante sur une autre, et sans doute mixte sur la troisième.

Un seul navire accoste sur deux des îles tous les 15 jours, en provenance des Samoa. Il apporte notamment (outre l’essentiel de la nourriture) des panneaux solaires, si bien que les Tokelau sont le premier « pays » au monde à être approvisionné à 100% par l’énergie solaire.

Progrès énorme par rapport aux moteurs diesel qui produisaient l’électricité naguère, mais tombaient fréquemment en panne, faute d’avoir les réservoirs remplis. En conséquence, personne ne disposait par exemple d’un congélateur.

Aujourd’hui, il y a même internet, et les élèves, comme chez nous, peuvent suivre les cours à distance. La télévision aussi est entrée dans toutes les maisons, et avec elle les images du monde, de la prospérité qui doit paraître réellement indécente aux locaux.

Si vous décidez de vous y rendre, sachez que la destination est le plus sûre du monde : le dernier homicide a été commis il y a 160 ans. En revanche, la consommation d’alcool est bien souvent une source de pollution sonore. Dommage que ce soit si loin : on pourrait avantageusement y envoyer les jeunes Britanniques qui d’habitude se rendent à Ibiza pour les mêmes plaisirs : alcool et tapage !

Rien de tout ça pour le moment : aucun touriste, sauf peut-être quelques expatriés en Nouvelle-Zélande qui reviennent voir la famille. Ils peuvent même bénéficier d’un hôtel : le Luana Liki.

Qu’attendez-vous pour y aller ? Le prochain vol, peut-être ? Hélas, pas d’aéroport sur ces minuscules atolls.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY