Des infections parasitaires qui font peur!

L’information tourne dans les médias sociaux et les médias traditionnels au Canada et ailleurs : un couple de Windsor, en Ontario, a exposé des photos répugnantes de ses pieds boursouflés, aux démangeaisons insoutenables. Les deux jeunes ont marché dans le sable et ont contracté une larva migrans cutanée, ou dermatite vermineuse rampante. 

« Il s’agit d’œufs de parasites – vers à crochets (qui sont dans les selles des chiens ou chats errants) et ça rentre dans la peau si on a une coupure par exemple », explique la Docteure Catherine Bouchard, vétérinaire épidémiologiste au Laboratoire national de microbiologie de l’Agence de la santé publique du Canada. Elle a elle-même souffert de cette infection en 2005 au retour de Tanzanie et elle peut témoigner que ça « pique en titi! ».

La durée de vie de ces larves qui se mettent à éclore dans votre peau peut être de quelques jours à plusieurs semaines. Normalement, ça part tout seul, mais l’inconfort est tel que les personnes infectées voudront trouver un remède miracle, pour apaiser les démangeaisons et pouvoir remarcher (les pieds peuvent être à ce point douloureux).

PRÉVENTION

Que conseiller à vos clients qui vont dans le sud (ou ailleurs) à la plage? « Il faut éviter de marcher nu-pieds, avoir un matelas de plage… Bref, éviter un contact direct de la peau sur les plages avec des populations d’animaux errants qui se servent de la plage comme litière ! », recommande Dre Bouchard.

Donc il faut des sandales de plage, de style gougounes, ou mieux, celles qui sont fermées pour faire du bateau, pour aller dans l’eau.

TRAITEMENT

Au retour au pays, il faut consulter un médecin de famille ou de santé aux voyageurs. Il sera en mesure de faire une demande à Santé Canada afin d’obtenir les seuls médicaments efficaces, qui ne sont malheureusement pas en vente au Canada. Le couple de Windsor a d’ailleurs eu de la difficulté à obtenir de l’ivermectine autrement qu’en passant par les États-Unis. Dans la page Facebook de la jeune femme, quelqu’un a mentionné que c’est un médicament que les vétérinaires utilisent pour traiter les animaux qui ont attrapé des parasites. De là à aller s’en procurer pour les humains, est-ce une bonne idée?

« On ne peut pas acheter des médicaments chez les vétérinaires parce qu’on parle de produits réglementés qui ont besoin d’une prescription. En plus, ça serait aussi très dangereux en termes de formulation et dosage. Au Canada on a la possibilité d’utiliser l’albendazole et l’ivermectine orale dans le cadre du programme d’accès spécial aux médicaments et aux produits de santé (PAS). Le PAS permet aux médecins qui traitent des patients atteints de maladies graves ou mortelles d’accéder à des médicaments non disponibles sur le marché, lorsque les thérapies habituelles se sont révélées inefficaces, ne conviennent pas ou ne sont pas disponibles », déclare Christopher Fernandez-Prada, parasitologue, professeur adjoint et directeur du Laboratoire de diagnostic en parasitologie de la Faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Montréal.

Cela dit, la meilleure façon de ne pas être infecté par ces parasites revient aux mesures préventives : ne jamais marcher pieds nus dans le sable !

Plus de détails

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY