Des agences on-line encore épinglées en France

Des médias grand-public français ont publié des articles sur certaines pratiques considérées comme mensongères par la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF). Certaines de ces agences ont déjà fait parler d’elles.

Il faut espérer que certaines pratiques cessent afin que la confiance du consommateur ne s’altère pas. Dans tous les cas, c’est un encouragement à voir ces internautes revenir dans les agences physiques.

Odigeo avec Go Voyages encore en cause

Le groupe Odigeo qui détient notamment Go Voyages, Opodo, eDreams fait de nouveau parler de lui. Le groupe avait déjà eu quelques ennuis en Espagne et ce sont des compagnies aériennes qui avaient réagi.

Il y a également Ryanair qui avait engagé des actions en justice pour l’utilisation abusive de sa marque par Odigeo sur de la publicité sur Google. L’objectif est toujours de drainer le maximum d’internautes sur un des sites et tenter de leur vendre un billet à des prix qu’on ne retrouve pas lors du paiement final.

981172c15f09a3c91f8bd8a7b2fd2eb4Des pratiques douteuses qui peuvent coûter !

Une vingtaine de sites de vente de billets d’avion ont été épinglés par la direction générale de la concurrence en France pour des pratiques trompeuses en matière d’affichage des prix.

Hormis Odigeo avec Go Voyages, on retrouve travelgenio.fr et travel2be.fr qui font l’objet de suites pour « des manquements à l’obligation de loyauté en matière d’affichage de prix ».

Les pratiques trompeuses constituent des délits punis d’une peine maximale de prison de 2 ans et d’une amende pouvant aller jusqu’à 1,5 million d’euros selon le Code de la consommation. Ces entreprises s’exposent ainsi à ce que la Répression des fraudes transmette à la Justice des procès-verbaux. Odigeo aurait fait déjà appel.

Une longue enquête démarrée en 2015

Plusieurs forums d’association de consommateurs, dont UFC-Que Choisir, faisaient état de ces infractions depuis 2012. Des consommateurs dénoncent les écarts de prix entre l’affichage et le montant débité sans qu’ils soient prévenus. L’organisme public n’aurait commencé son enquête qu’à fin 2015. Cet organisme indique avoir contrôlé toutes les agences de voyages en ligne en France.

sherlockUn vrai catalogue d’infractions

La DGCCRF met en cause la mise en avant de prix réduits inaccessibles à la plupart des consommateurs. Des billets d’avion à prix avantageux qui ne s’achèteraient qu’avec des cartes de paiement peu connues.

Dans certains cas, le prix à payer était automatiquement augmenté au moment du paiement, pendant que le numéro de carte de paiement est renseigné par le consommateur et sans que celui-ci n’en soit alerté, selon la secrétaire d’état aux commerces.

Les autres infractions identifiées concerneraient des annonces de prix n’incluant pas tous les frais, et des informations trompeuses sur les droits auxquels les consommateurs peuvent prétendre en matière de remboursement des taxes d’aéroport.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY