Dernière heure de vérité pour Brussels Airlines

Dans notre article du 26 avril dernier nous évoquions 2 scénarios. Le Gouvernement Belge accorde une aide de 290 millions d’euros à Lufthansa, ou non.

Notre confrère Patrick Anspach a, dans le journal L’Écho du 6 mai, résumé les 5 arguments mis en avant par Brussels Airlines, pour justifier cette aide. Sans contredire aucunement la valeur des contenus de ces arguments, il nous faut cependant essayer de comprendre les hésitations de nos autorités avant qu’ils ne confirment ou n’accordent quoi que ce soit.

1) L’impact sur l’économie belge et les emplois directs et indirects

Pour Brussels Airlines 4.200 personnes, MAIS avec un plan Reboot qui prévoyait déjà une restructuration importante, avec réduction d’effectifs. Et avec le COVID, 10 avions resteront au sol, avec une réduction supplémentaire d’effectifs…Premier doute : nos autorités allaient donc déjà être confrontées avec une mise au chômage.

2) Brussels Airlines est le noyau de Star Alliance à Bruxelles

50% de la capacité long-courrier de l’aéroport de Bruxelles National disparaîtrait sans la présence de SN. Avec la crise, les membres de Star Alliance opérant sur Bruxelles (AC, ANA, UA) vont chacune revoir leurs stratégies respectives, et les liaisons potentielles de transit offertes par SN auparavant risquent fort de changer ou même de diminuer… Second doute pour nos autorités.

3) SN= le véhicule de l’économie belge dans le monde

Après la Sabena, un vide s’était créé en Europe et vers l’Afrique principalement, avec des tarifs à la hausse au départ d’autres capitales. Brussels Airlines est devenue et reste l’alternative directe vers l’Afrique. Et un partenaire fiable pour des missions économiques et les institutions internationales.

Les Missions internationales continueront d’exister et utiliseront toujours les réseaux aériens disponibles aux meilleurs prix moyens disponibles. L’assurance qu’une fidélité demeure dépendra, à nouveau, du nouveau plan de restructuration Reboot, avec ces destinations et fréquences… Troisième doute

4)Brussels Airlines, un transporteur national engagé

Sur le marché africain sa position est incontournable, historiquement. Dans certains pays de ce continent on l’appelle encore Sabena. Transporteur de référence, indéfectible en toutes situations. Cette fidélité restera un atout quoiqu’il arrive.

MAIS à condition que l’actuel réseau, et les fréquences, ne soit pas affecté. Et il faut aussi tenir compte de la volonté globale africaine de s’affranchir de la suprématie des transporteurs occidentaux. Et quelques compagnies africaines font preuve d’audace, d’indépendance et ont soif de conquêtes… Quatrième doute

5) un ambassadeur de la culture belge

Promouvoir et représenter ses chefs étoilés, ses champions, ses peintres, ses chocolats et j’en passe, a une importance nationale. C’est vrai. Mais en temps de crise économique et financière, ce dernier argument ne fait pas le poids… Cinquième et dernier doute

Conclusion :

Le numéro un de Lufthansa devra se montrer malléable avec notre gouvernement, malgré les accords déjà obtenus en Suisse et en Autriche, et surtout ne pas se considérer en terrain conquis. Les deux pays qui ont déjà accepté les accords partagent la même langue de base, ne l’oublions pas.

Accorder une aide ou un prêt pour sauver un transporteur national qui n’en a que le nom, le drapeau financier étant et restant allemand, est une chose. Obtenir des garanties d’emplois, de stabilité, et d’expansion ou de développement sur le long terme dans notre pays, est encore autre chose.

Dernière question : existe-t-il une alternative ? Un plan B, plus que probablement. Encore une autre histoire.

Espérons qu’un accord soit trouvé, sans délais, dans l’intérêt des 2 parties.



Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

2 COMMENTS

  1. SN est dans la M… d’accord, mais c’est le cas de tout le monde.
    TUI Fly est aussi dans la M…
    Même Ryanair est dans la M…
    Et tous les autocaristes sont dans la M…
    Et tous les autocaristes ensemble, c’est bien plus du 4200 emplois!!!
    Et les hôteliers sont dans la M…
    Et tous les hôtels belges, c’est aussi bien plus de 4200 emplois!!!

    Donc si aide d’état il y a, c’est pour tout le monde, ou pour personne !!!

LEAVE A REPLY