Davantage de flexibilité pour les touristes en Thaïlande

Pixabay

La Thaïlande a confirmé la mise en place d’un visa touristique à double entrée, le gouvernement espérant rendre le Royaume plus attractif comme plaque tournante touristique, notamment pour la région du Grand Mékong.

Si une soixantaine de pays peuvent entrer en Thaïlande en bénéficiant du visa à l’arrivée, les voyageurs qui décidaient de venir dans le pays avec un visa de tourisme valable deux mois, ne pouvaient quitter le Royaume s’ils souhaitaient pleinement profiter de ce dernier, celui-ci devenant effectivement caduque dès le passage de la frontière.

Un visa à deux entrées

Avec cette nouvelle règlementation, les touristes auront désormais la possibilité de quitter le Royaume et de revenir avec le même visa. Cette mesure s’appliquera pour les visiteurs souhaitant se rendre dans les pays limitrophes de la Thaïlande, tels que le Cambodge, le Laos, la Malaisie ou le Myanmar. Selon le Vice-Secrétaire General auprès du Premier Ministre thaïlandais, Kobsak Pootrakul, le visa à entrée double devrait également être disponible en ligne.

Deux points ouverts 24 heures sur 24

Par ailleurs, toujours dans le but d’offrir plus de flexibilité aux visiteurs, le bureau du premier ministre a indiqué que, désormais, les deux points frontaliers terrestres de Nong Khai (à la frontière du Laos) et de Sadao (frontière avec la Malaisie) vont être ouverts 24 heures sur 24. La mesure est certes provisoire – elle devrait a priori durer jusqu’à la fin février- mais les résultats seront analysés par le gouvernement pour savoir si l’ouverture des postes frontières 24 heures sur 24 restera permanente.

Le gouvernement thaïlandais se montre en fait inquiet du ralentissement du tourisme en 2019, un résultat largement due au taux de change très défavorable du baht par rapport aux autres monnaies mondiales ainsi qu’à une désaffection des touristes chinois. Le pays devrait terminer l’année autour de 40 millions de visiteurs internationaux et table sur 42 millions de touristes en 2020. (Luc Citrinot, Bangkok)

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY