Dans nos pays, les politiques cumulent, et en Inde, ils frappent

On n’aura jamais tant parlé des hommes politiques qu’actuellement. La France est en première ligne sur les révélations financières concernant au moins un des candidats à la prochaine élection présidentielle française. En Belgique, c’est Louis Michel, qui est obligé de s’excuser pour ses propos concernant les rémunérations. En Inde, on encaisse et on frappe …

FillonPour se défendre, Monsieur Fillon tente de devenir une victime

En France, on aura connu la « penelopegate ». Il est difficile de ne pas être au courant. Il s’agit d’une enquête ouverte par la justice française et qui vise Penelope Fillon, la femme du candidat à l’Elysée. Elle aurait été rémunérée pendant huit ans comme attachée parlementaire de son mari.

Depuis, de nouveaux éléments dévoilés par la presse jettent le doute sur la réalité de son travail et égratignent aussi les emplois de ses enfants. On pourrait ajouter ses costumes payés par un avocat ou une montre offerte. C’est beaucoup pour un politique qui prônait l’honnêteté. Désormais, Monsieur Fillon prétend être la cible d’une machination du gouvernement, de la justice et de la presse.

Le PenMadame Le Pen est également en froid avec le Parlement Européen

On n’oubliera pas la candidate du Front National qui est accusée par le Parlement Européen. Ce dernier entend récupérer les salaires perçus pendant six ans par Catherine Griset, amie et chef de cabinet de la présidente du FN, en tant qu’assistante accréditée à Bruxelles.

Selon l’institution, l’ex-belle-sœur de Mme Le Pen était rémunérée sans exercer une activité réelle au sein du Parlement pour le compte de la députée. Il s’agit selon la candidate d’extrême-droite d’une machination des institutions européennes.

En Inde, on voudrait éradiquer la corruption …

Il est de notoriété publique que la corruption en Inde atteint l’ensemble de la société civile et les politiques. Le premier ministre indien, Narendra Modi, a mis le pays en ébullition lorsqu’il a annoncé retirer du marché les billets de 500 et 1000 roupies (environ 8 et 16 €). Son intention était d’éradiquer corruption, fraude et trafic.

Cependant, l’Inde va émettre bientôt de nouveaux billets de 500 roupies. Un coup d’épée dans l’eau qui a déstabilisé la population. Moins de 20% des transactions quotidiennes s’effectuent via un payement électronique.

Ravindra Gaikwad - youtubeL’indignité d’un parlementaire

Un député indien a battu un employé de la compagnie aérienne Air India avec une chaussure car l’employé ne pouvait lui obtenir un siège en classe affaire.

Le député, Ravindra Gaikwad, confirmera aux journalistes indiens qu’il devait « le frapper 25 fois avec sa sandale pour l’arrogance de l’employé ».

Air India veut le mettre sur sa liste noire

Air India a déposé une plainte à la police et a déclaré qu’elle envisageait d’inscrire les passagers indisciplinés sur une liste noire.

Le ministre de l’aviation civile, a déclaré : « Aucun citoyen ne peut se comporter comme cela. L’agression physique ne sera pas encouragée et sera toujours condamnée ».

En 2016, un autre député avait giflé un agent d’aéroport

L’an dernier, un député indien a été arrêté pour avoir giflé un responsable de la compagnie aérienne Air India dans un aéroport de l’Andhra Pradesh. Le député voulait partir avec sa famille alors que la porte d’embarquement était fermée.

Toutes ces outrances sont insupportables que nous soyons en Belgique, en France ou en Inde.

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY