Dans les agences, on en bave, et les clients aussi !

On n’arrêtera pas de dire qu’actuellement les agences de voyages font un travail incroyable. Le personnel doit répondre à des centaines de questions qui sont parfois insolubles. L’ouverture des frontières, notamment en Europe est effective mais certains pays compliquent les choses comme la Grèce actuellement. On vous raconte l’histoire de clients en route vers les îles Baléares !

Des néerlandais face à un mur

Trois groupes de touristes néerlandais, qui ont voyagé en remplissant toutes les conditions, avec le formulaire de santé (Passenger Location Card) se sont retrouvés devant leur hôtel réservé … qui avait les portes closes. Il s’agit de l’hôtel Amazonas, un hôtel trois étoiles situé à El Arenal.

Les clients ont dû appeler la police

En désespoir de cause, ils ont appelé la police. L’association des hôteliers de Playa de Palma a tenté de savoir ce qui aurait pu se passer. Un hôtelier de la région soupçonne que cela ne restera pas le seul cas. Il a avoué : « C’est un peu le bordel en ce moment »

Une réservation via Hotelbeds

Comme indiqué par le journal « Diario de Mallorca », l’occupation de l’hôtel est entièrement gérée par la centrale de réservation B2B Hotelbeds.

La société rejette la responsabilité que les vacanciers n’aient pas été informés du changement d’hébergement: « En tant qu’entreprise, nous ne vendons pas aux clients finaux ». Dans une période aussi compliquée Hotelbeds se devrait d’avoir des propos plus mesurés. Les clients auraient été relogés dans un autre hôtel.

Le test de redémarrage dans îles Baléares serait un succès

Les professionnels de la région estiment que l’impact médiatique aura été positif. Les touristes internationaux souhaitent se rendre à Majorque.

Cependant, il est évident que les hôtels ne sont pas à 100% opérationnels. Ce qui est arrivé aux touristes hollandais pourra se reproduire durant la saison. Il convient donc de s’informer doublement sur la réservation

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY