D’Amsterdam à Amsterdam… c’est 11h00 de vol !

Les passagers de ce vol KLM ayant décollé d’Amsterdam, aux Pays-Bas, jeudi 28 novembre, auraient dû atterrir à Mexico. Mais à cause d’une éruption volcanique, les pilotes ont fait demi-tour au-dessus du Canada et décidé de retraverser l’Atlantique pour ramener l’avion à son point de départ.

« Les conditions de vol étaient défavorables », explique KLM (Royal Dutch Airlines), la compagnie aérienne néerlandaise, dans un message posté sur Twitter. Jeudi 28 novembre, le vol KL685, à destination de Mexico, a décollé de l’aéroport Schiphol d’Amsterdam, la capitale des Pays-Bas, à 15 h 30.

Mais quelques heures plus tard, alors qu’il survolait le Canada, et plus précisément l’État du Nouveau-Brunswick, sur la côte ouest, l’avion a fait demi-tour… La raison ? « Une éruption volcanique au Mexique » explique un porte-parole de KLM, contacté par le site internet britannique SimpleFlying et d’autres médias anglophones.

11 heures de vol

Image associéeAlors qu’ils survolaient le Canada, les pilotes ont effet appris que le Popocatépetl, situé à environ 70 km au sud-est de Mexico, était entré en éruption. Or les nuages de cendres volcaniques projetés dans l’atmosphère sont dangereux pour les avions de ligne.

Mais au lieu de se dérouter vers un autre aéroport plus proche, au Canada ou États-Unis par exemple, les pilotes ont alors fait demi-tour et traversé l’Atlantique à nouveau, pour atterrir à l’aéroport Schipol d’Amsterdam. Onze heures de vol en tout, pour revenir au point de départ !

« Le vol a atterri en toute sécurité à Schiphol, à 2 h 30 du matin, où les passagers ont débarqué normalement, et ont été pris en charge à Amsterdam. Ils vont être transférés sur un autre vol », explique un représentant de KLM au média britannique The Independent.

Résultat de recherche d'images pour "KLM Mexico"De chevaux étaient aussi à bord

Pas sûr que les passagers aient vraiment apprécié ce long aller-retour dans les airs pour rien…

« Il n’était pas possible d’atterrir dans un autre aéroport, précise encore KLM, car les passagers n’avaient pas les visas requis et il y avait aussi à bord une importante cargaison de chevaux. »

Impossible de débarquer des animaux sans autorisation, d’autant qu’il y a des mesures de quarantaine à respecter. Les pilotes ont donc opté pour la solution vraisemblablement la moins compliquée à gérer pour la compagnie : rentrer à Amsterdam.

(Avec AFP)

Print Friendly, PDF & Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY