CWT : Les prévisions mondiales des prix du voyage d’affaires en 2017

Les tarifs de voyage devraient augmenter à la marge ou stagner en 2017 ; les incertitudes géopolitiques et économiques obligeront les Travel Managers à faire preuve de souplesse et d’agilité…

 Une nouvelle étude publiée aujourd’hui met en avant six risques majeurs pour l’année 2017 qui pourraient impacter les prix du voyage d’affaires et l’économie mondiale dans son ensemble. Il s’agit des performances des marchés émergents, des turbulences sur les marchés financiers, des risques géopolitiques, des incertitudes liées au Brexit, des fluctuations potentielles des taux d’intérêt américains et du prix des hydrocarbures.

« Alors que le secteur du voyage d’affaires démontre régulièrement ses capacités de résilience, le niveau élevé d’incertitude à l’échelle mondiale pour 2017 oblige les acheteurs de voyage à se montrer encore plus vifs et flexibles que d’habitude pour façonner leur programme voyages », explique Jeanne Liu, vice-présidente pour la Recherche de la fondation GBTA. « D’après les prévisions, les tarifs de voyage ne devraient pas augmenter, ou alors à la marge. Mais, pour 2017, il sera indispensable d’observer l’évolution permanente du paysage mondial et de réagir en conséquence si l’on veut réussir son programme voyages. »

Ces données sont issues de l’étude Prévisions mondiales des prix du voyage d’affaires en 2017 réalisée conjointement par la fondation GBTA, la branche « formation et recherche » de la Global Business Travel Association (GBTA), et par Carlson Wagonlit Travel (CWT), leader des agences de voyages. Ce troisième rapport annuel contient des projections mondiales, régionales et nationales pour les tarifs 2017 des transports aérien et terrestre, de l’hôtellerie et des réunions et événements.

Kurt Ekert, President & Chief Executive Officer de CWT, indique : « Nous observons une croissance économique relativement faible, disparate et – dans certains cas – fragile. Les voyageurs et les Travel Managers devront bien connaître leurs habitudes et leurs dépenses de voyage, et ils devront être attentifs à l’impact de l’incertitude et de la volatilité économiques.  Avec une bonne planification, ils auront la possibilité de faire les bons changements pour éviter les risques de pertes. »

airlineIndexHeroLeftTransport aérien
Les tarifs des compagnies aériennes ne devraient augmenter que très légèrement (2,5 %) en 2017, voire tomber sous les niveaux de 2015 sur certains marchés en raison de la baisse soutenue du prix des hydrocarbures. Les frais annexes vont peser de plus en plus : ils sont passés à 7,8 % des revenus globaux des compagnies aériennes en 2015 (en hausse de 6,7 % par rapport à 2014) et cette tendance devrait se poursuivre.

Dans la zone Asie-Pacifique, alors que les prévisions annoncent une diminution des prix de 1,1 %, la stabilité devrait être de mise pendant l’année 2017, aidée en cela par la baisse du prix des hydrocarbures. Le Japon et Singapour font figure d’exception. En effet, d’après les projections, les taux de change devraient avoir un impact majeur sur le coût du transport aérien.

Dans la zone EMEA, plusieurs cas de figure cohabitent. En Europe de l’Est, les prix devraient augmenter de 4 %, en partie à cause de la faible concurrence. La hausse devrait atteindre 0,5 % en Europe de l’Ouest et 2 % au Moyen-Orient et en Afrique.

En Amérique latine et aux Caraïbes, on devrait observer une baisse des prix de 1,9 %.

En Amérique du Nord, les tarifs devraient augmenter de 3,7 %.  Les compagnies devraient réinvestir une part des profits réalisés grâce à la baisse du prix du pétrole pour enrichir leur flotte et améliorer leurs offres.

NegrescoHôtellerie
Les fusions entre géants de l’hôtellerie font les gros titres, mais leur impact sur les prix ne devrait pas se faire sentir avant 2018. Les prestations telles que le room-service, la blanchisserie et la sécurité demeurent des critères importants pour les voyageurs d’affaires.

Par conséquent, les hôtels traditionnels restent une option attractive en dépit des alternatives offertes par l’économie du partage.

Dans la zone Asie-Pacifique, les tarifs hôteliers devraient baisser légèrement (-0,6 %).

Une fois de plus, la zone EMEA affiche des situations disparates, les événements géopolitiques ayant un certain impact sur les prix. De plus, la faiblesse des prix du pétrole et du gaz a entraîné une contraction du voyage d’affaires dans ce secteur, principalement au Moyen-Orient, en Afrique et en Russie. Les tarifs devraient diminuer de 2,4 % en Europe de l’Est et de seulement 0,5 % au Moyen-Orient et en Afrique, tandis qu’ils devraient augmenter de 1,8 % en Europe de l’Ouest.

En Amérique latine et dans les Caraïbes, les prévisions font état d’une baisse de 0,9 %.

Globalement, les tarifs hôteliers en Amérique du Nord devraient grimper de 4 % en 2017, mais tout le monde ne sera pas logé à la même enseigne. À cause du boum du high-tech et de la pénurie de chambres d’hôtels, les villes de la côte ouest, notamment Seattle, Los Angeles, San Jose et Vancouver, vont enregistrer de forts pourcentages de hausse à un ou deux chiffres. Pendant ce temps, les villes de la côte est, y compris New York et Toronto, ainsi que les régions du Canada productrices de gaz et de pétrole, connaîtront une faible croissance – voire une baisse – à cause de la surabondance de chambres d’hôtels.

FlixBus Header TwitterTransport terrestre
Un climat de concurrence intensive va conduire à une certaine stabilité des prix pour l’ensemble du secteur à l’échelle mondiale.

La zone Asie-Pacifique devrait connaître une légère hausse (+0,8 %).

Les prix ne devraient quasiment pas bouger dans la zone EMEA, avec à peine 0,1 % de baisse prévue en Europe de l’Ouest.

En Amérique latine, les prix grappillent un petit 0,5 %.

En Amérique du Nord, les prix devraient rester stables en 2017.

IMG_3888Réunions & événements
Une modeste hausse du coût journalier par participant est attendue pour les zones Asie-Pacifique et Amérique du Nord. Il devrait rester stable en Europe et baisser de 10 % en

Amérique latine. La taille des groupes augmentera modérément de 3 à 6 % dans les zones Asie-Pacifique, Europe et Amérique du Nord, alors qu’elle restera stable en Amérique latine.

Le rapport complet est disponible ici.

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY