Cuba est prête!

La haute saison touristique peut commencer

Une imposante délégation cubaine a visité Montréal, du 24 au 29 octobre, dans le cadre d’une mission commerciale. Après avoir rencontré voyagistes et agences de voyages, les représentants du ministère du Tourisme de Cuba (Mintur) et de chaînes hôtelières ont rencontré la presse touristique, vendredi (28 octobre), à l’hôtel Marriott Courtyard Montréal. Leur message : Cuba est prête pour l’hiver 2016-2017!

En plus de présenter les membres de la délégation, Carmen Casal Sánchez, consule section Tourisme et directrice du Bureau de tourisme de Cuba à Montréal, a présenté Mara Bilbao Díaz, nouvelle consule générale de la République de Cuba à Montréal depuis cet été. Elle a aussi salué la présence de Narciso Sotolongo, ex-directeur de l’Office de tourisme de Cuba à Montréal (1989-1999) et actuel directeur adjoint commercial des hôtels Meliá Cuba.

AMELIORER LES SITUATIONS

« Le Canada est le principal marché émetteur de touristes à Cuba, avec 1,3 million de visiteurs en 2015, dont environ 40 % de Québécois », a rappelé Mme Casal. L’objectif de Cuba : maintenir ce nombre, voire l’augmenter en 2017.

atmosphere-campagne-cubaLa conférence de presse a permis de constater à quel point, pour atteindre cet objectif, Cuba prépare sa haute saison touristique. Tout au long de l’année, a-t-on souligné, les officiels de l’industrie du tourisme cubain prennent note des plaintes, commentaires, recommandations et difficultés rapportés par les voyageurs, voyagistes, agences et autres acteurs touristiques.

L’heure était donc au bilan, la semaine dernière, quand la délégation a rencontré les professionnels du voyage canadiens. « Nous avons discuté de leurs besoins et des difficultés rencontrées l’année dernière pour leur expliquer comment nous avons amélioré les situations », a expliqué María del Carmen Orellana, directrice générale du marketing du Mintur.

UN DEUXIEME CHEZ-SOI A CUBA

« Nous aurons plus de vols du Canada vers Cuba pour accueillir plus de visiteurs canadiens cette année. Nous voulons que les Canadiens se sentent comme dans leur

Rue de Baracoa
Rue de Baracoa

deuxième chez soi, à Cuba », a déclaré Mme del Carmen.

« Les voyageurs canadiens seront toujours très importants pour nous et nous ne les laisserons pas tomber, enchaînait-elle. Dans tous les développements touristiques, nous pensons d’abord à vous et ça n’a pas changé. Vous faites partie de la famille et nous sommes prêts à vous accueillir. J’ai personnellement parlé avec le sable et les plages et ils vous attendent! Les mesures ont été prises après le passage de l’ouragan Matthew dans la zone de Baracoa. Je peux vous confirmer que tout a été restauré, comme s’il ne s’était rien passé. »

CRITERES DE QUALITE

María del Pilar Macías Rutes, directrice générale de l’exploitation et de la qualité du Mintur, a énuméré les secteurs sur lesquels le Ministère se penche pour établir les critères de qualité de la destination Cuba. Parmi ces secteurs, mentionnons la sécurité, l’hygiène, l’entretien et le confort (ex.: améliorer les chambres, les salles de bain, les jardins…), l’approvisionnement de l’alimentation (la variété et la qualité) et l’équipement dans les cuisines.

Autres secteurs évoqués : les aires de piscine et de plage (zone d’ombre, propreté…), l’animation (mise à jour de la programmation en soirée, de l’offre culturelle…), les zones nautiques (équipement renouvelé et en nombre suffisant), les boutiques d’hôtels et hors zone hôtelière, les transferts des aéroports vers les hôtels, le

Plage de Cayo Largo
Plage de Cayo Largo

programme de vérification et de diagnostic des standards hôteliers (pour être à la hauteur des attentes internationales)…

Les discussions avec les voyagistes ont porté sur l’ensemble de ces points. Signe des temps, elles ont aussi porté sur les craintes que l’essor actuel du marché américain affecterait celui des Canadiens. Mme del Pilar a toutefois clairement affirmé que ce n’est pas le cas, puisque les voyageurs en provenance des États-Unis n’ont toujours pas le droit de faire du tourisme (balnéaire).

« Notre première clientèle est les Canadiens. Notre deuxième clientèle est… les Canadiens. [Même chose pour les troisième et quatrième clientèles en importance.] Au-delà, on commence à parler de clients allemands, français, italiens… », a-t-elle martelé.

« Nous sommes vraiment prêts à vous accueillir! », a conclu María del Pilar.

logo_tourismeplus

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY