CroisiEurope sur (presque) tous les continents

Douze jours durant, CroisiEurope est une nouvelle fois allé à la rencontre de ses clients belges lors d’un « river show » organisé à bord du La Fayette, qui a fait successivement halte à Liège, Namur, Hasselt, Gand et Bruxelles, proposant conférences le matin, portes ouvertes l’après-midi, soirées de gala et même des mini-croisières sur les fleuves et canaux belges.

Pour l’occasion, CroisiEurope avait aussi concocté un folder présentant ses croisières sur la Loire, à bord d’un nouveau navire mû par des roues à aubes, en Normandie, dans le Bordelais et en Provence, mais aussi sur le Danube et le Rhin, à Venise, à Malte et en Sicile, en Afrique australe et sur le Mékong, autant d’offres « tout compris » incluant les vols depuis Bruxelles (ou Paris pour le Cambodge) et toutes les excursions.

De 16 à 200 passagers

Avec 42 ans d’expérience, CroisiEurope connaît toujours une belle croissance, notamment grâce à son rapport qualité/prix, la renommée de sa cuisine et sa formule « tout compris » à bord.

Forte de 55 bateaux, de 16 à 200 passagers, la société emploie aujourd’hui 1.600 collaborateurs, notamment dans huit agences commerciales en France, à Bruxelles, Madrid et Lausanne, auxquelles s’ajoutent les call centers de Londres et de New York et un bureau de représentation à Palm Beach.

C’est que l’internationalisation de CroisiEurope, en marche depuis plusieurs années, s’intensifie avec l’apport de nouvelles offres susceptibles de séduire de nouveaux marchés.

Outre ses croisières sur tous les fleuves d’Europe, et notamment au Portugal qui reste la destination préférée de ses clients, la compagnie est désormais présente sur (presque) tous les continents : au Vietnam, au Cambodge et en Birmanie, avec ses propres bateaux, mais aussi au Pérou et, depuis l’an dernier, en Afrique australe, avec l’African Dream, un nouveau bateau 5 ancres, en Chine et au Canada, de Québec aux chutes du Niagara, et jusqu’au Cercle Polaire.

Certains de ces navires sont affrétés par CroisiEurope, qui cherche à diversifier son offre mais aussi à capter ainsi une clientèle nouvelle, qu’on retrouvera sur ses croisières fluviales en Europe.

Une clientèle plus jeune et plus internationale

Résultat : la clientèle française, qui était largement majoritaire (à 80 %) voici six ou sept ans, ne représente plus « que » 55 % des passagers. On constate aussi, parallèlement, un rajeunissement de la clientèle, en partie dû aux offres familiales, et la croissance des individuels, qui représentent aujourd’hui 35 % du chiffre d’affaires, quand les groupes en assurent le reste.

CroisiEurope, avec quelque 15.000 pax annuels, est évidemment leader sur le marché belge du tourisme fluvial, de l’ordre de 30 à 35.000 passagers. A comparer aux 71.000 du secteur maritime, observe malicieusement Gualtiero Togneri, directeur pour la Belgique (photo), car les chiffres du fluvial ne sont pas pris en compte dans ceux de CLIA, dont de CroisiEurope fait cependant bien partie !

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY