Crise dans le secteur des voyages: Un voucher ne vaut pas l’autre…

Bien que cela puisse sembler quelque peu absurde à l’heure où le coronavirus frappe durement toute l’Europe, l’organisation de consommateurs Test Achats conseille aux personnes qui ont déjà accepté un bon à valoir de leur voyagiste de réserver un voyage pour l’un des prochains mois.

Il convient toutefois de distinguer les personnes qui ont reçu un voucher avant le 19 juin de celles qui ont accepté un bon après cette date. Alors que les premiers sont protégés par une assurance contre l’insolvabilité éventuelle du tour opérateur, les seconds ne sont pas légalement protégés contre l’insolvabilité éventuelle du voyagiste.

Pour toutes questions ou problèmes liés à la crise du coronavirus, les consommateurs peuvent continuer à appeler gratuitement le 0800 29 510.

Faillites

Depuis l’annonce ce matin de l’agence de voyage belge Neckermann qui a demandé une réorganisation judiciaire, Test Achats craint que dans les semaines et les mois à venir, plusieurs autres voyagistes soient dans une situation difficile, d’autant plus que pour l’instant il n’y a aucune perspective d’amélioration et de sortie de cette crise du coronavirus. Cela peut également avoir de graves conséquences pour de nombreux consommateurs, selon Test Achat.

Voucher pas toujours couvert

La réglementation européenne et sa transposition en droit belge prévoient initialement le remboursement du voyage à forfait si le voyage doit être annulé et qu’il n’est pas possible de convenir d’un autre voyage ou d’une autre date de départ.

Cependant, au début de la crise du coronavirus, le Cabinet de la Ministre de la Consommation de l’époque, Nathalie Muylle, a élaboré une réglementation obligeant les consommateurs à accepter un voucher sans discussion si leur voyage ne pouvait pas se dérouler.

Ces bons à valoir sont restés valables pendant un an et ont été couverts contre une éventuelle faillite du voyagiste. En outre, à la demande de Test Achats, il a été prévu que si le bon n’est pas utilisé dans un délai d’un an, une demande de remboursement peut encore être faite. Cette réglementation était en vigueur du 19 mars au 19 juin 2020, précise Test Achats.

« Étant donné que les vouchers qui ne pouvaient pas être réfusés ont  expiré le 19 juin de cette année, cela signifie que tous les bons à valoir décernés par la suite par les agences de voyage ne sont pas protégés contre une éventuelle faillite du voyagiste », déclare Jean-Philippe Ducart, porte-parole et Manager Public Affairs & Media Relations chez Test Achats.

Réserver un voyage

Bien que la deuxième vague du coronavirus s’empare de notre société, Test Achat conseille (quelque peu paradoxalement) aux consommateurs d’utiliser les vouchers décernés après le 19 juin de cette année pour réserver dès maintenant un nouveau voyage. « Aussi étrange que cela puisse paraître, nous recommandons de réserver un voyage avec les bons émis après le 19 juin, pour la simple raison que les voyages réservés qui ne peuvent avoir lieu en raison du coronavirus sont assurés contre une éventuelle insolvabilité financière de l’organisateur de voyage. Le simple voucher qui n’a pas été converti en voyage ne donne pas cette protection », indique l’organisation de consommateurs.

Test Achats aux côtés des consommateurs

Les consommateurs peuvent adresser toutes leurs questions concernant leurs droits dans le contexte de l’épidémie au 0800 29 510 (du lundi au vendredi de 9 à 18h, et le samedi de 9 à 16h45).

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY