Covid-19 / La situation au cœur d’une agence locale au Bénin et Togo

Depuis Abomey-Calavi au Bénin, Isaac Abissi, directeur de l’agence locale Voyages Modestes, membre du collectif Nomadays, témoigne de son quotidien professionnel et de la situation touristique au Bénin et au Togo à l’heure du coronavirus.

« Nous ne sommes pas préparés, ni techniquement, ni financièrement, ni psychologiquement. C’est une situation difficile qui met à mal la cohésion sociale et rend vulnérable une population déjà démunie »

Notre agence vit une situation inédite. Depuis sa création en 2009, nous n’avions jamais vécu une situation aussi intenable. Depuis le début de cette crise ce n’est pas la joie, ni au Bénin ni au Togo. Du fait des mesures prises par les gouvernements respectifs pour limiter la propagation du Coronavirus, tous les voyages sont annulés et les déplacements limités.

Tout est à l’arrêt. On ne travaille plus. Les chauffeurs, les guides locaux, les restaurateurs, tout le monde se plaint. Le comble, certains voyageurs exigent le remboursement de leur acompte en dépit des textes en vigueur qui préconisent les reports de voyages. Certaines entreprises ont déjà mis la clé sous la porte. En réalité, nous ne sommes pas préparés, ni techniquement, ni financièrement, ni psychologiquement à cette crise lourde de conséquences.  

Concernant les mesures prises par les gouvernements du Bénin et du Togo pour endiguer la propagation du Covid-19, la situation n’est pas la même pour chaque pays. 

Au Togo, les mesures sont plus drastiques. Les autorités ont opté pour le confinement et le couvre-feu de 19h à 6h. Toutes les frontières du pays sont fermées. Les hôtels et restaurants sont aussi durement touchés. Notre dernier groupe dans ce pays remonte au 1
er février.

Au Bénin, le gouvernement a d’abord décrété la fermeture des bars, restaurants, lieux de cultes et de prières ainsi que les centres de loisirs et de rassemblement. Les frontières du Bénin ne sont pas fermées mais tous ceux qui rentrent dans le pays sont systématiquement mis en quatorzaine, après quoi on leur fait un test avant de les laisser sortir.

Ensuite les autorités ont décidé de mettre en place un corridor sanitaire qui regroupe les villes les plus exposées au virus. Une mesure d’isolement qui crée beaucoup de dommages au sein de la population: plus de transports en commun, plus de déplacements à l’intérieur du pays. Ceux qui sont au sein du corridor ne peuvent pas sortir et ceux qui sont à l’extérieur ne peuvent pas rentrer. C’est une situation difficile qui met à mal la cohésion sociale et rend vulnérable une population déjà démunie. 

Nous n’avons pas de mesures d’accompagnement. Dans les pays développés les dirigeants mobilisent des ressources importantes pour aider la population et les entreprises à supporter cette période de crise. Ce n’est pas le cas dans nos pays en Afrique.

Au Bénin comme au Togo, les gouvernants n’aident pas les entreprises. Il est même difficile pour les agences de voyages d’avoir accès à un financement. Les banques ne prêtent pas d’argent. Il est impossible dans ces conditions de recourir aux prêts financiers pour relancer nos activités.

Même si notre agence Voyages Modestes n’a pas encore licencié un seul
salarié de l’équipe, nous éprouvons de sérieuses difficultés à faire face aux charges fixes. Nous espérons ne pas mettre la clé sous le paillasson. 

En réalité, nous ne pouvons qu’espérer. Que cette crise prenne fin rapidement et que nous puissions reprendre nos activités…


NOMADAYS est le premier réseau mondial d’agences de voyages locales francophones et indépendantes, permettant de préparer son voyage en direct avec un expert local. En travaillant ensemble et en gardant leur identité propre, les agences offrent ainsi aux voyageurs des circuits d’aventure sur-mesure, des tarifs les plus justes sans intermédiaire, et les mêmes garanties qu’un Tour Opérateur classique, via Nomadays, l’agence en France.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY