Costa Croisières reprend la mer !

DR

Nous avons rencontré Massimo Tedesco, le Directeur des Ventes Benelux de Costa, et lui avons posé trois questions : qu’est-il advenu de Costa durant cette crise ? Comment se fait la reprise ? Quels sont les projets de la compagnie italienne ?

En attente

Au plus fort de cette crise qui a fortement touché en premier le marché italien, le maître-mot était : Patience ! Que faire d’autre, d’ailleurs ? Les équipages ont été renvoyés chez eux, sauf les quelques personnes indispensables à la maintenance des navires. Heureusement, nous dit Massimo, on était à l’entre-saison où s’effectue de toute façon une rotation d’équipages.

Le redémarrage date du 6 septembre

Il s’est fait selon un protocole de sécurité très sévère et validé par le gouvernement italien. Un navire est en soi une bulle, et il est important que toute personne qui embarque soit testée négative.

Les quelques départs se sont faits uniquement d’Italie, avec des tests effectués en gare maritime, et réponse dans les 20 minutes ! (Il ne s’agissait pas de repérer le virus mais bien la présence d’une protéine qui « nourrit » le virus, si nous avons bien compris. En tout cas, c’est rapide !) De plus, les arrivées en gare maritime étaient échelonnées, et la capacité du bateau fortement réduite.

Quid à bord ?

Le Costa Smeralda, par exemple, fleuron de la flotte, a repris la mer samedi dernier de Savone, avec 800 passagers à bord (sur une capacité de 6.500).

Bien sûr à bord, les distances physiques doivent être respectées, il n’y a pas de buffet mais un service à table uniquement, et les spectacles sont prévus plusieurs fois sur la soirée pour garantir l’espacement entre les sièges du théâtre.

On peut aussi effectuer des tests PCR à bord, et il est prévu des espaces isolés au cas où certains seraient détectés positifs. Nous voulons bien croire à ce que nous dit Massimo : « On est bien plus en sécurité sur un bateau que dans le métro, qui pourtant circule librement, lui. »

Vivement la saison d’été

Une vraie reprise est d’ores et déjà programmée entre Mars et Novembre 2021.

Le Costa Deliciosa restera en Méditerranée au départ de Trieste. Le Magica fera les îles grecques en partant de Bari. Pour Noël, le tout nouveau Costa Firenze prévu pour l’Asie fera des croisières de 7 jours entre Italie, Espagne et France, avant de se positionner dès que possible à Singapour.

Les Costa Fortuna et Diadema iront vers les fjords norvégiens, tandis que le Formosa partira d’Amsterdam pour l’Islande, soit en croisière de 9 jours, soit pour 2 semaines. Quant au Favolosa, il parcourra la Baltique au départ de Stockholm.

Il y a de quoi vendre !!!

En attendant, l’hiver à passer sera difficile, il ne faut pas se leurrer, mais l’espoir de vaccins et/ou d’anti-virus est bien présent.

Le message positif que Costa veut faire passer est bien utile pour les AGV : « nous avons des produits à vendre » ! Et non seulement à vendre, mais assortis d’un accompagnement, de surclassements, de packages, de flexibilité. La plus importante sans doute : une annulation sans frais jusqu’à 2 semaines avant le départ, et une assurance covid-19 à 8 € par personne, avec accompagnement à bord en cas de maladie et rapatriement.

Le but est aussi de garder le plus souvent possible les passagers à bord, mais les excursions seront proposées en « packages » de 99 € pour 5 excursions en Italie et en Grèce notamment. Ces packages s’appellent Passe-Partout ! Ce qui est toujours le rêve de tout agent de voyages !

Nous avons ici mis Costa en avant, mais toutes les compagnies maritimes présentes sur nos marchés font des efforts semblables, pour rendre ce type de vacances non seulement exclusif, mais l’un des plus sûr qui soit.

Bravo à Costa, mais bravo à toutes les autres compagnies aussi !

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY