Corsair en passe d’être rachetée par des investisseurs antillais

© Hervé Ducruet

C’était une rumeur en septembre. C’est désormais confirmé, indique aujourd’hui L’Echo touristique. La compagnie est bien en passe d’être rachetée par des hommes d’affaires antillais. Jeudi dernier, un comité d’entreprise extraordinaire s’est tenu, réunion « consacrée exclusivement à la présentation des nouveaux actionnaires potentiels et de leur projet pour Corsair».

Alors que leurs identités étaient plus ou moins restées secrètes, les noms des entrepreneurs intéressés par une reprise de Corsair sont désormais connus. Il s’agit d’Eric Kourry, actuel CEO d’Air Antilles, gérant du groupe K Finance et ancien fondateur de la compagnie Air Caraïbes, et de Patrick Vial-Collet, le patron de la Chaîne Des Hôtels et des Îles, et Président de la Chambre de commerce et d’industrie des Îles de Guadeloupe.

Selon France Info, Eric Kourry et Patrick Vial-Collet se connaissent bien et sont très proches. Il est vrai que leurs deux secteurs d’activités, l’aérien régional et dans l’hôtellerie, sont complémentaires et le seront encore plus avec la direction d’une compagnie d’aviation transatlantique.

Toujours selon France Info, ils souhaitent concentrer les activités de Corsair sur l’outre-mer pour éviter toute situation monopolistique sur ces lignes. Cette opération devrait leur coûter plusieurs dizaines de millions d’euros, selon leurs propres déclarations.

Ils seront en cela aidé par l’État sous forme de prêts qui pourraient s’élever à 100 millions d’euros, et ce en plus des partenaires publics et d’autres investisseurs de l’outre-mer. De l’aveu même de la compagnie, la manifestation d’intérêt « pour racheter la totalité des actions » a été considérée comme « très aboutie ».

Enfin, l’actuel actionnaire minoritaire de Corsair, l’allemand TUI, ne devrait pas maintenir sa participation dans le capital de la nouvelle société, la compagnie confirmant que l’intention est bien « de racheter la totalité des actions Corsair, y compris celles de TUI». Le «closing» de l’opération pourrait intervenir d’ici fin 2020. (TI)



Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY