Corsair «dégagée» de la ligne Paris/Dakar

© Hervé Ducruet

Dans un courrier adressé à la compagnie française, les autorités sénégalaises expliquent qu’elles n’ont pas reconduit ses droits de trafic. Pourquoi ? Air Sénégal SA, la nouvelle compagnie nationale sénégalaise, souhaite exploiter la ligne à compter du 1er février 2019… en vertu des règles internationales de répartition des droits de trafic entre deux pays…

Voici le communiqué reçu ce mercredi à la rédaction de la compagnie Corsair :

L’autorisation d’exploiter la ligne Paris / Dakar jusqu’au 31 janvier 2019 a été notifiée par l’ANACIM dans un courrier réceptionné par la compagnie. Conformément à cette décision, Corsair continuera donc d’opérer ses vols sur la ligne Paris / Dakar à raison de 7 fréquences par semaine.

Dans ce courrier, les Autorités sénégalaises ont par ailleurs remercié Corsair pour son engagement depuis l’ouverture de la ligne en vols directs en 2012, ainsi que pour son esprit de coopération pendant toutes ces années.

Corsair a en effet travaillé en parfaite collaboration avec les Autorités sénégalaises au cours de ces six années en ayant pour ambition de soutenir le développement économique et touristique du Sénégal, dans l’intérêt des clients, que ce soit des passagers ou des acteurs économiques, qui ont tous apprécié le très bon rapport qualité/prix proposé par Corsair.

Les pouvoirs publics ont pu mesurer la hausse du trafic et la baisse des prix induites par l’offre Corsair

Corsair remercie très sincèrement les Autorités sénégalaises pour cette collaboration pendant six années. La compagnie a bien pris acte de la décision des Autorités sénégalaises et regrette de devoir suspendre son exploitation.

L’ANACIM motive sa décision par le fait que la nouvelle compagnie nationale sénégalaise souhaite exploiter la ligne à compter du 1er février 2019. Corsair aurait, bien entendu, souhaité bénéficier d’une période de transition de quelques mois et faire une communication appropriée à la rentrée dans l’intérêt de la clientèle des deux compagnies. Corsair respecte et accepte néanmoins la décision de l’ANACIM.

Enfin, Corsair exprime ses plus sincères remerciements à tous les clients qui lui ont fait confiance pendant ces six années. Corsair a eu à coeur de toujours mieux les servir, et leur permettre de voyager à des prix très compétitifs dans des conditions de confort optimal. Corsair espère qu’ils pourront à l’avenir continuer à bénéficier d’un produit optimum en termes de rapport qualité/prix.

Notre commentaire :

Petite explication de texte : Corsair est le deuxième opérateur aérien français entre Paris et Dakar après Air France. En face, depuis la faillite d’Air Sénégal International il y a presque 10 ans (et auparavant, Air Afrique – surnommée à l’époque dans le milieu aérien «Air sans fric»), aucun transporteur sénégalais n’assurait la desserte vers la France depuis avril 2009.

Pour palier à cette carence, Corsair avait été autorisée d’utiliser les droits de trafic sénégalais à titre dérogatoire depuis cette date. Mais comme la nouvelle Air Sénégal SA prévoit de voler l’an prochain vers Paris CDG (ce qui ne semble pas vraiment gagné à ce jour…), Corsair doit les lui rétrocéder… Dura Lex, Sed Lex ! (HD)

Print Friendly, PDF & Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY