Coronavirus, une réaction trop rapide de l’aérien?

3-D-Modell from Coronavirus 2019-nCoV. ©Keystone Centers for Disease Control and Prevention

Entre le 2 et le 3 février, le rapport quotidien de l’OMS sur le coronavirus recensait 2.827 supplémentaires en Chine, soit 20% de hausse pour un total de 11.177 cas. Le virus se répand donc rapidement, mais reste fortement concentré dans la province de Hubei, là où il serait apparu.

OAG relève qu’en comparaison, les annulations de vols sont bien plus rapides. Le nombre de vols en Chine a chuté de 27% par rapport à la semaine dernière. Hubei voit la plus forte réduction avec 84% de vols en moins. Wuhan avait près de 70 départs part jour la semaine dernière, mais aujourd’hui, les horaires d’OAG n’en affichent plus que 9.

Il reste cependant possible de se déplacer en avion. Shenzen-Shanghai, la route la plus fréquentée la semaine dernière, comptait 527 vols aller et retour sur toute la semaine. Entre le 4 et le 10 février, les horaires affichent encore 370 vols. Les autres routes fréquentées, comme Shanghai-Beijing, Guanzhou-Shanghai et Chengdu-Guangzhou affichent de évolutions similaires. Dans tous les cas, des alternatives existent encore en suffisance.

L’échelle de ses annulations est une précaution judicieuse pour contenir un virus inconnu, mais aussi une réponse à une baisse de la demande. Pour ceux qui doivent voyager, l’avion reste une option.

Et vous, quel est l’impact sur votre daily business?

Si les voyageurs ont des options, qu’en est-il de l’impact de ces annulations sur le travail quotidien? Faites-nous part de vos observations ou de vos commentaires en envoyant un mail à ti-gva@travelinside.ch en mentionnant coronavirus dans l’objet de votre message. Dites-nous si vous avez plus de questions que d’impact réel ou si cette «crise» bouleverse votre travail. TRAVEL INSIDE fera le point dans sa prochaine édition à ce sujet. (TI)

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY