Congrès UPAV: premières impressions

Le congrès s’est terminé mardi par la visite du salon IFTM/Top Résa, et un long retour vers la Belgique. Ni un mauvais, ni un grand cru, juste un bon congrès.

Le choix du lieu, d’abord : Chantilly. Un choix que personnellement, nous avons apprécié : pas trop loin, très belle destination, un lieu « classe », un bon hôtel, de bonnes excursions en relation avec le thème du congrès qui mettait en avant la problématique du tourisme durable et responsable.

À elle seule, la soirée « de gala » du lundi soir valait le déplacement. Nous avons rarement vu un lieu événementiel aussi original, avec une démonstration de polo en live, un mini-salon préparé par les hôteliers de la région, et surtout un buffet auquel tous les chefs de ces hôtels ont participé : dégustations de grande qualité, champagne qui coulait à flot, imposant orchestre live avec chanteuse : les professionnels belges ont une fois de plus mis le feu.

Faible présence des agents de voyages

Nous aurons l’occasion de revenir longuement sur plusieurs conférences qui ont été données, mais nous commencerons par la fin, c’est-à-dire les mots de clôture prononcés par le Président Benoit Dieu.

C’est assez rare pour le souligner, ce fut un petit discours sans langue de bois et très réaliste, puisque le Président a souligné le gros défaut de ce congrès, qui nous avait aussi sauté aux yeux : la faible présence des agents de voyages : 30% du total des présents, c’est peu. Les fournisseurs, eux, étaient là et bien là, et leur workshop qui s’est déroulé à Lille était intéressant et bien organisé.

Beaucoup de questions…

Le Président a donc lancé un appel aux agents de voyages, leur rappelant que c’était leur congrès, et que sans leur participation, toute cette organisation avait moins de sens.

Maintenant, posons-nous la question du pourquoi cette absence relative ?

Évidemment, ce qui est advenu à Thomas Cook a peut-être poussé certains à rester chez eux pour gérer des problèmes. Mais cela n’a pas eu d’influence au moment des inscriptions. Est-ce la date ? Est-ce une destination apparemment moins attirante ? (mais quelle erreur ! c’est une super destination !)

Sont-ce les patrons d’entreprises qui hésitent à envoyer un ou une employé(e) ? C’est dommage. Mais répétons-le, les fournisseurs sont aussi indispensables à la réussite d’un congrès, non seulement par leur sponsoring, mais simplement par leur présence et leur participation au workshop.

IFTM/Top Résa a bien changé…

Autre excellente initiative : avoir couplé ce congrès avec le salon professionnel IFTM/Top Résa. Soyons honnêtes : sans le congrès UPAV, nous n’aurions pas été à Paris juste pour ce salon qui n’était pas le meilleur de la profession.

C’est en tout cas l’idée que nous en avions après 5 ans d’absence. Eh bien, cela a bien changé ! IFTM est devenu un bon et grand salon. Pas encore au niveau de WTM ou de ITB, mais franchement c’est un excellent salon pour tout qui s’intéresse au marché français et à la destination France. Ce couplage permet finalement d’amortir le temps du voyage sur deux événements importants.

Suite évidemment au prochain numéro, avec cette fois la communication du contenu des interventions.

 

Print Friendly, PDF & Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY