Comment mettre la main sur Alitalia et la redresser ?

Un homme d’affaire répond

Germán Efromovich, ex-président d’Avianca, vient de confirmer hier devant la commission des transports de la chambre italienne, son intérêt pour l’acquisition de la compagnie aérienne italienne, garantissant également sa viabilité à long terme et prenant comme exemple sa gestion d’Avianca (proche de la faillite à l’époque) qu’il avait redressé en 2004.

« Je vous garantis qu’Alitalia pourra à nouveau voler de façon pérenne« , a déclaré Efromovich à l’entité italienne, se référant à Avianca lorsqu’il l’a secourue avant la faillite, affirmant que « au moment de mon investissement, ils n’avaient donné à Avianca que 30 jours« .

Il a détaillé devant les députés son action à l’époque avec Avianca, qui ne possédait alors que 40 «vieux avions», volait vers seulement 20 destinations avec six millions de passagers annuels; « Ensuite, « sous ma direction », la compagnie aérienne a atteint 200 appareils modernes et exploité 28 liaisons nationales et 49 liaisons internationales, transportant 30 millions de passagers par an ».

Efromovich a confirmé son « vif intérêt » pour l’acquisition de la compagnie aérienne italienne, et expliqué que les 3.000 millions d’euros (3 375 millions de dollars) mis en place pour relancer Alitalia « étaient déjà dépassés« .

«Personnellement, ce chiffre n’a pas de sens sur la base de mon expérience, car cela dépend évidemment de la façon dont la nouvelle société sera établie. Je ne peux certainement pas exprimer une opinion tranchée et j’attends que quelqu’un me montre d’où vient ce chiffre … mais d’après mon expérience, cela n’a pas de sens « , a déclaré Efromovich à la Chambre des députés, ajoutant que cet investissement aurait du sens si, » nous voulons acheter 10 Airbus A380 ».

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY