Comment les Chinois montent à l’assaut de Thomas Cook

Les rumeurs vont bon train dans les marchés financiers. L’action de Thomas Cook était assez basse dernièrement et on a observé un petit rebond le 23 Avril dernier malgré des résultats peu reluisants. Il y a de bonnes raisons pour affirmer qu’il se passe quelque chose chez les investisseurs.

Thomas Cook a besoin d’un partenaire financier solide

Le mois dernier, Thomas Cook a révélé son intention de fermer 21 agences de voyage, entraînant la perte de 320 emplois. Ces fermetures s’inscrivent dans le cadre de plans visant à « rationaliser » son réseau de vente britannique.

En février, Thomas Cook a également annoncé son intention de procéder à un examen stratégique de ses activités de transport aérien, car elle cherche des fonds pour stimuler les investissements ailleurs dans son portefeuille d’activités.

Des résultats décevants pour Thomas Cook

En 2018, Thomas Cook a émis deux avertissements sur les bénéfices et a enregistré une perte avant impôts de 163 Millions de Livres sterling, contre un bénéfice de 9 M £ l’année précédente.

Les retards dans les réservations et l’impact des fluctuations des taux de change ont contribué à porter la dette nette à 389 M £, contre 40 M £ en 2017.

Le chinois Fosun est aux aguets

Fosun pourrait être sur le point de reprendre la majorité de Thomas Cook. Le conglomérat possède déjà depuis longtemps une participation significative.

Les marchés, notamment à Londres, ont indiqué que Fosun a manifesté un intérêt préliminaire dans l’achat de du voyagiste. Fosun est déjà bien présent dans le tourisme, la mode ou la santé entre autres.

Le groupe chinois possède le Club Med ainsi qu’une une participation de 24,5% dans le Cirque du Soleil.

Fosun RZ Capital, filiale de Fosun, a annoncé qu’elle menait un investissement de 6,75 millions de dollars dans Splitty, une start-up de réservation d’hôtels basée en Israël.

Fosun détient également la marque de mode française Lanvin et l’entreprise de produits diététiques St Hubert. Le groupe Fosun ne pourra prendre la majorité sur la partie aérienne car les règles européennes ne le permettent pas. Mais, le groupe semble vouloir trouver une solution de ce côté. A suivre

Serge Fabre

Print Friendly, PDF & Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY