Comblain : À minuit, le jour de Noël, on entend les cloches au fond de l’Ourthe

Photo ©baladeenwallonie.be

Les beaux coins sont nombreux dans le Condroz liégeois. Comblain-au-Pont, situé au confluent de deux des plus belles rivières : l’Ourthe et l’Amblève, est à la croisée de très belles randonnées. On s’y souvient de légendes.

Les tableaux condrusiens de Béatrice Bedeur sont du vécu

Comblain-au-Pont, une maison pas très éloignée de la rivière. Une vue magnifique sur les écoles et trois poules à l’arrière dont les œufs sont avalés régulièrement par une fouine ou une belette. Dans le salon, un chevalet et quelques couleurs, sur les murs trois ou quatre toiles. Sur la table, un bouquin qui inventorise les œuvres de Béatrice Bedeur. Des peintures d’une maison, d’un village, d’une rivière mais pratiquement toujours des environs de Comblain.

berleur_anthisnes_rue_du_batyElle a dû chausser ses bottes de sept lieues, revêtir son bleu de travail, Béatrice Bedeur, pour explorer les coins les plus reculés de sa région. Quelques clichés avec son Nikon, qui rappellent un diplôme décroché il y a quelques années, traduction en images de son oeil, quelques coups de crayon, traduction d’une rigueur qui ne laisse aucune chance à l’erreur, quelques coups de pinceaux, traduction d’un regard sur un monde qui offre aux autres des perspectives de bonheur, d’humanité, d’envie d’être là…

Une première sortie

Comblain-au-Pont, un mercredi matin, après avoir siroté un café, l’artiste s’en va sur les sentiers. Après quelques mètres, une belle grimpette se propose à elle. Ses mollets se durcissent. Elle tourne ensuite à gauche pour aboutir à l’entrée des grottes, où elle n’est pas encore au bout de ses peines !

Un peu plus loin, c’est la doline du raideux indiquée par un panneau d’information. Ensuite, c’est la vallée du Cobouhi. Elle passe devant un monument dédié aux anthisnes_limont_jpg01résistants belges, partisans russes, soldats américains ayant combattu pour la liberté à Anthisnes. Béa pose ses lèvres à sa gourde avant de déballer une sucrerie.

Escortée par des hêtres majestueux, elle arrive au monument dédié à Nicolas Compère, premier résistant belge, fusillé le 13 mai 1940. Elle mitraille quelques fois au cas-où l’idée d’immortaliser l’endroit sur une toile. Béatrice Bedeur commence alors une longue descente, passant par le ‘pazé dé Facteur’ et rejoint le pont de Comblain-au-Pont, à quelques centaines de mètres de son domicile.

cloche-plouguernevelLes légendes

Comblain-au-Pont, un jeudi matin, Béatrice Bedeur est en forme, sa volonté de marcher beaucoup est claire pour sa deuxième balade. Le topo-guide (GR57) en main, elle ne traverse pas la voie ferrée et file vers Xhignesse et son église de style roman. Dans les environs, on raconte la légende du passeur de cloches.

«Un passeur attendait des cloches destinées à Harzé, qu’un chariot devait amener d’Anthisnes, raconte Béatrice Bedeur. Le chariot n’arriva qu’à minuit. Le passeur chargea ses cloches et quitta la rive. Au milieu de la rivière, râlant, il se mit à jurer : ‘que les cloches fussent au diable!’ Un éclair et on vit sombrer le bateau. Depuis lors, à minuit, le jour de Noël, on entend les cloches au fond de l’eau. On raconte aussi que devant le garage il y a le pic Napoléon et le chevalier, Napoléon j’imagine, descend à minuit avec son cheval pour boire dans l’Ourthe.»

Après six kilomètres, la voici à Hamoir, qu’elle parcourt avant de se retrouver au château de Lassus. Elle emprunte un chemin, qui permet l’accès à la chapelle.

mariac3a0c« Autre légende dans les environs, celle de la Loreley, continue Béatrice Bedeur. Avant la canalisation de l’Ourthe, nécessaire à la création de la voie ferrée, les eaux heurtaient le pied de la roche et y formaient un gouffre noir. Les Outheux, soit les bateliers de l’Ourthe, tenaient le passage pour redoutable. Un moment d’inattention coûtait la vie à ces hommes, qui en général ne savaient pas nager. La légende veut qu’au moment critique, apparaissait les cheveux épars. ‘Malheureux’, criait-elle. Le batelier perdait la tête et le ponton allait se briser contre la muraille calcaire. Les sceptiques affirment que les outhleux très friands d’alcool, étaient sujets à ces visions.»

Une fois la légende racontée, il est alors temps pour Béatrice de rebrousser chemin et faire le même trajet en sens inverse.

La réserve des Tartines

« Connaissez-vous un des sites majeurs de l’Ourthe?, interroge Béatrice Bedeur, en débutant sa troisième randonnée. Les roches des Tartines, une silhouette se détache nettement; on l’a appelée « La Femme en Prières », « La Vieille qui ramasse du bois » et même « l’Ourse ».

oneux_comblain-au-pontEt l’artiste de partir vers Oneux (photo), puis Hoyemont, où réside le dessinateur Francis Carin et un éleveur de rapaces.

Les sentiers de randonnée condrusienne n’ont plus de secret pour elle : Aywaille, Remouchamps, Deigné, Chanxhe… Des images enregistrées, imprimées sur du papier avant que l’artiste ne les couche sur la toile avec ses pinceaux plats.

Béatrice Bedeur ne cherche pas le dernier trait, elle chasse le juste trait.Avec Béatrice Bedeur, le passage à la couleur est tout sauf un saut dans le vide. Ses œuvres sont du vécu. Et c’est tant mieux si elle invente à chaque fois son tableau.

Mais chut! Avec Béatrice, il ne faut point trop en dire, trop parler d’elle ou trop en faire ! Vous ne lui ferez dire que ce qu’elle veut bien, son jardin secret est très secret. Ses maisons ne sont ouvertes qu’aux rêves, aux utopies, à ses amours, n’empêche, il y a tout de même deux sujets sur lesquels elle est intarissable: ses deux fils, Benjamin et Nicolas et son Condroz liégeois. Alors, son regard change, son verbe se fait plus tendre; l’artiste baisse sa garde et révèle une femme sensible, émouvante…

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

2 COMMENTS

  1. Attention ! Nicolas Compère a été fusillé le 13 mai 40 et non le 13 mars; les Allemands avançaient vite, mais pas au point d’assassiner les gens avant d’avoir envahi notre pays (rappel : la guerre a commencé en mai).

    • Bonjour, et merci pour votre commentaire… Effectivement, la Wehrmacht était de loin supérieure à toutes les autres armées européennes à cette époque… mais pas à ce point d’anticipation… Dont acte… La modification de date a été faite…
      Merci pour votre fidélité
      Très belles fêtes de fin d’année

      Hervé Ducruet
      Rédacteur en chef

LEAVE A REPLY