« Clients coupables d’aveuglement volontaire ? Poursuivez-les ! »

Le propriétaire d’une agence bien établie a réagi au texte que nous avons diffusé  sur ces « fraudeurs se paient des forfaits tout inclus ». Ayant lui-même été victime de fraudes semblables, il avance que l’agence mentionnée dans l’article, Passion Voyage (ou toute autre agence confrontée à une telle situation) aurait grand intérêt à poursuivre les voyageurs ayant profité de vacances à leurs dépens. C’est ce qu’il a fait… avec succès!  

Dans son reportage, le journaliste de La Presse, Jean-Sébastien Gagnon, laissait entendre que les fraudeurs ont eux-mêmes profité du voyage. En se basant sur ses expériences, notre interlocuteur (qui préfère rester anonyme) estime plus probable que les voyageurs aient été, non pas fraudeurs eux-mêmes, mais victimes d’un fraudeur. Sans doute, s’agit-il de chasseurs d’aubaines coupables de négligence ou d’aveuglement volontaire, croit-il.

Notre propriétaire décrit ainsi la façon dont se déroule généralement ce genre de fraude :

Dans un café Tim Hortons, au fond d’une ruelle, dans une station de métro – où dans tout endroit autre qu’une agence de voyages –, un fraudeur (appelons-le F) fait croire à une personne en mal d’évasion (disons X) qu’il peut lui obtenir un voyage à moitié prix. Alléché par l’aubaine, X accepte de payer F comptant. F contact ensuite une vraie agence et achète un voyage au nom de X avec les informations fournie par X (F paye toutefois l’agence à partir d’une carte de crédit volée). F transmet à X des documents de voyages ou tout est au nom de X. Si rien n’est découvert avant le départ, X se rendra bel et bien à destination…

COÛTEUSE AUBAINE !

« Ça m’est arrivé quatre fois, raconte-t-il. Dans trois des quatre cas, j’ai pu retrouver les voyageurs, notamment grâce au service de détectives. J’ai alors envoyé une mise en demeure aux voyageurs, exigeant qu’ils me payent la totalité du voyage dans les dix jours, sans quoi j’intenterais une poursuite formelle. Bien sûr, ils ont protesté…»

– Mais non : j’ai déjà payé ce voyage à F. J’ai même un reçu qui le prouve!

– Désolé, ce F ne travaille pas pour nous et nous ne le connaissons pas. Et ce reçu, étant donné les circonstances où vous l’avez obtenu, n’est assurément pas l’équivalent d’une quittance. Vous avez fait preuve de négligence ou d’aveuglement volontaire.

« Comme je demande aux voyageurs de payer la totalité du coût d’un voyage pour lequel ils ont déjà versé la moitié du prix à F, ces voyageurs sont les vraies victimes de F. Libre à eux de porter plainte à la police contre la personne qui les a fraudés, s’ils le souhaitent. En ce qui me concerne, je demande seulement à celui qui a profité du voyage de le payer; ma seule préoccupation est de récupérer mon dû. »

Dans un des quatre cas vécus par notre interlocuteur, l’affaire s’est réglée à son entière satisfaction. Deux autres sont en instance de procès. Notre propriétaire admet qu’une entente à l’amiable avec le voyageur ou un règlement partiel pourrait être préférable à un long procès à l’issue incertaine. Mais rien ne justifie l’inaction, plaide-t-il.

« Beaucoup de gens ont plaint Passion Voyage à la suite des événements rapportés par La Presse, dit-il. C’est vrai que c’est une histoire moche. Par contre, l’agence n’a peut-être pas exploité tous ses recours. C’est important que les agences aux prises avec ce genre de situation sachent qu’elles peuvent poursuivre les voyageurs ayant fait preuve de négligence ou d’aveuglement volontaire face à un fraudeur. »

SI C’EST TROP BEAU POUR ÊTRE VRAI…

« Quant aux consommateurs, c’est important qu’ils prennent conscience que s’ils achètent et payent cash un voyage à prix incroyable à l’extérieur d’un site commercial, ils risquent d’être accusés de négligence ou d’aveuglement volontaire. Comme le dit l’adage, si c’est trop beau pour être vrai, il y a probablement quelque chose qui cloche! », conclut-il.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY