« Claim it » … or not claim it ?

Nous avions choisi de voyager avec « Jetairfly » pour notre découverte de Cuba. Pour l’aller, le vol n’avait «  qu’une » heure de retard, pour le retour ce fut pire : plus de 4 heures de retard.

Ce n’était franchement pas mieux qu’au temps de l’ancien avion long courrier, nous avons pensé que ce n’était pas la peine d’avoir acheté un « Dreamliner » et d’en faire tout un foin, si c’était pour ne pas faire mieux qu’avant ! Et je ne vous dis pas combien l’attente dans l’aéroport de Varadero où il n’y a RIEN a été agréable, mais bref ceci n’est que l’introduction.

A notre grand étonnement, au sortir du hall des arrivées à Bruxelles, des personnes demandaient aux passagers :  « Etiez vous sur le vol de Jetair en provenance de Cuba ? » dans l’affirmative, ils donnaient une carte avec les coordonnées de CLAIM  IT, une société de droit se faisant forte de faire valoir les droits des passagers auprès des cies aériennes. Les quatre heures de retard étaient du pain béni pur eux, car elles donnaient théoriquement droit à une compensation de 600€ par personne, somme qu’ils se faisaient forts de réclamer au nom des passagers qui voulaient bien les charger de recouvrement, moyennant une commission.

Nous avons donc joué le jeu, pour voir ce qui allait en sortir et avec la ferme intention de faire la publicité de cet organisme auprès de nos collègues, afin qu’ils le recommandent à leurs clients. En effet, ceux-ci ne sont pas nécessairement toujours au courant de leurs droits de passagers et dans le meilleur des cas, ils ne sont pas souvent disposés à écrire pour les faire valoir.

300 € au lieu des 600 € ?

Voici le résultat de l’intervention de « Claim it ». Après avoir rentré un dossier avec copie des cartes d’embarquement et preuve (photo du panneau d’annonce des vols) du retard, nous n’avons attendu qu’un mois pour apprendre que Jetair nous allouait la somme de 300€ par personne en guise de dédommagement.

Cela, je l’ai su par BTN, pas par « Claim it ». Mais j’avais mandaté cette société pour effectuer le recouvrement des sommes dues. Je leur ai donc téléphoné pour savoir quand on me reverserait la compensation. J’ai eu au téléphone une personne qui a juré ses grands dieux qu’il n’était pas question d’abandonner les choses en l’état, que nous avions droit au double de la somme versée par Jetair et au par conséquent leurs avocats allaient mettre toute leur énergie pour obtenir ce qui nous revenait de droit, quand la somme totale serait récupérée, nous en serions avisés.

Une Loi a européenne a changé la donne ?

Ce n’est que 6 mois plus tard que j’ai enfin reçu la « bonne nouvelle » par mail. La société « Claim it »  va me verser les 600€ obtenus de Jetair, diminués de leur commission, qui n’est pas de 10% comme dans les voyages, mais de 25% plus TVA, donc plus ou moins 30%, je vais donc recevoir 418,50€.

Sans être grand expert en finances, malgré les taux d’intérêt ridiculement bas on peut se dire que 600€ X un nombre important de passagers, placés pendant 6 mois, cela génère quand même une certaine somme (à défaut d’une somme certaine).

D’après les dires d’un responsable de Claim It Belgique, une loi européenne aurait changé la donne entretemps et les cies seraient autorisées à ne verser que la moitié de la somme théoriquement due.

Il faut bien se dire aussi que dans le cas d’un retard moins important, la compensation sera alors réduite à la portion congrue, surtout si on la réclame via un tiers.

En conclusion : on n’est jamais si bien servis que par soi-même !

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY