Champagne ou mousseux, c’est pas pareil

Le 14 juillet, Sunwing a confirmé que la Cour Supérieure du Québec a autorisé – le 16 avril dernier – l’exercice d’une action collective à son encontre. L’action allègue que Sunwing utilise le mot « champagne » dans ses descriptifs et sa publicité, sans toutefois en servir, ce qui serait en contravention avec la Loi sur la protection du consommateur. Sunwing précise toutefois que ces allégations n’ont pas été prouvées devant les tribunaux.

Me Sébastien A. Paquette et Me Jérémie Martin sont les avocats du requérant (le passager Daniel MacDuff) et des autres membres du groupe. Sur le site de Paquette Avocats, on rappelle que la demande d’autorisation d’exercer une action collective a été déposée dès le 10 février 2017 à la Cour supérieure. « Sunwing utilisait à tort le mot champagne dans ses publicités et lors du processus d’achat des billets, laissant croire aux consommateurs qu’ils recevraient du champagne à bord, alors qu’ils ont plutôt servi du vin mousseux », souligne-t-on.

L’action collective vise tous les consommateurs résidant au Québec qui ont acheté (ou obtenu) des billets ou ont voyagé avec Sunwing (y compris Vacances Signature) pour un vol ou un forfait présenté, publicisé ou décrit en utilisant le mot «champagne» entre le 10 février 2014 et le 16 avril 2018.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY