Cette semaine, ce sera la grève chez les Anglais

Une partie du personnel de British Airways avait décidé de faire grève à Noël. Ils ont renoncé car ils ont tenu compte des familles qui voyageaient pendant les fêtes. Chez Air France, le personnel navigant n’avait pas pris la même décision pendant les départs d’été 2016. Mais nos amis anglais feront grève cette semaine.

Des salaires de misère chez BA

Certains équipages avaient prévu de faire grève le 25 Décembre et 26. Cependant, ils avaient renoncé suite à une offre possible de la compagnie aérienne et pour ne pas causer de soucis aux familles pendant les fêtes.

Le personnel de cabine embauché après 2010 appartient à un groupe appelé « flotte mixte.» Ils sont en général plus jeunes et on ne s’attend pas à ce qu’ils fassent une grande carrière dans le transport aérien. Donc on les paye bien moins cher

bacrew_9189893_07_620x_965cLes syndicats ne veulent pas de ces sous-employés

Ces équipages payés à prix discount représentent environ 15% du personnel de British Airways. Les syndicats appellent à la grève pendant 48 heures à partir de mardi.

C’est un mouvement de nature à perturber les plans de voyage pour de nombreux clients de la compagnie aérienne.

British Airways fera des propositions

Il faut attendre une grève qui pénalisera surtout les clients avant que la compagnie propose des augmentations de salaire.

Cependant, British Airways, rétorque qu’elle paie des salaires équitables qui correspondent à ceux d’autres compagnies aériennes. Elle devrait détailler ses plans vendredi pour faire face à cette grève.

Les syndicats contestent le montant des salaires des jeunes recrues

Selon Unite (syndicat anglais), British Airways avait promis de payer entre 21.000 et 25,000£, soit environ 25.000 à 30.000 € par an.

british-airways-1-flickrAu lieu de cela, le syndicat affirme que les membres d’équipage gagnent 12.000£, plus 3£ pour chaque heure où ils sont en vol.

British Airways conteste bien sûr les calculs de « Unite ».

Les nouveaux employés sont obligés d’avoir un deuxième emploi

Le syndicat Unite a constaté que près de la moitié des nouveaux équipages avaient un deuxième emploi. Par ailleurs deux tiers seraient allés parfois au travail alors qu’ils étaient inaptes à voler.

Le syndicat ajoute qu’ils ne pouvaient pas se permettre de prendre un jour de congé. Le syndicat a déclaré que 84% des membres expérimentés connaissaient le stress et la dépression» en raison de problèmes financiers.

Alors, on rêve toujours d’être une hôtesse de l’air ?

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY