Cambodge : Traque géante au coronavirus

Depuis samedi, l’opérateur d’un navire de croisière américain traque des centaines de voyageurs autorisés à débarquer la semaine dernière au Cambodge et possiblement porteurs du coronavirus Covid-19.

Partis le 1er février de Hong Kong, où une personne est décédée et soixante ont été infectées, les passagers du Westerdam s’étaient vu interdire d’accoster au Japon, puis à Taïwan, aux Philippines, sur l’île américaine de Guam et enfin en Thaïlande, avant d’être accepté par le Cambodge. Jeudi, ils ainsi ont accosté dans le port de Sihanoukville.

Or, une des passagères qui a quitté le paquebot a été testée positive au nouveau coronavirus après avoir quitté le pays. Alors que plus de 1.200 croisiéristes ont débarqué du navire depuis, et ce après avoir passé pour certains un rapide examen médical, les autorités tentent de retrouver leur trace, afin d’éviter que l’épidémie, qui a déjà tué près de 1 900 personnes en Chine, ne se propage à d’autres pays du monde via ce groupe de touristes

Encore 233 passagers et 747 membres d’équipage à bord

La compagnie Holland America, propriétaire du paquebot Westerdam, travaille « en étroite coordination » avec divers gouvernements, l’Organisation mondiale de la santé et des centres de dépistage aux Etats-Unis « pour enquêter et suivre les personnes qui pourraient avoir été en contact » avec la touriste infectée.

A bord du navire, il reste encore 233 passagers et 747 membres d’équipage. « Nous allons prélever des échantillons sur l’ensemble de ces personnes afin qu’elles soient testées », a déclaré à l’AFP un responsable cambodgien, ajoutant qu’elles resteront confinées sur le paquebot jusqu’aux résultats. Quant à la touriste américaine testée positive, elle est actuellement sous observation en Malaisie. Son mari a également été placé sous surveillance.

(Avec AFP)

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY