Bruxelles – Paris : sécurité à géométrie variable

Selon qu’on soit voyageur en gare du midi à Bruxelles ou gare du nord à Paris, le moins qu’on puisse dire, c’est qu’on n’a pas droit au même traitement sécuritaire. Deux poids et deux mesures face à un terrorisme ultra déterminé, est-ce bien raisonnable ?

C’est le moins qu’on puisse dire, à croire que tout est déjà oublié … Samedi, en déplacement en Belgique pour fêter dignement le 2.500ème numéro de Pagtour à Waterloo (pour un Français, il faut le faire !), j’ai testé le train Izy 9603 de 11h34 ce samedi 28 mai. Comme mentionné en bas de la feuille qu’on a imprimé chez soi (ou au bureau), dans la rubrique « conditions d’accès au train » on peut lire (et pas en tout petit en bas) « Présentation à quai obligatoire pour embarquement 30 mn avant le départ. L’embarquement ferme 10 mn avant le départ du train. » Idem pour le retour m’a confirmé notre collaborateur Claude Boumal qui vient régulièrement sur Paris.

Comme on est en France et que je connais bien mon pays (et que je suis aussi un anxieux) je me présente 40 mn avant le départ à la gare du nord et il y a du monde déjà… je regarde le panneau d’affichage, le train est annoncé à l’heure, mais pas le numéro du quai… A 30 mn du départ, toujours rien… Soudain, la foule qui encombrait le hall des départs se précipite… mais c’est le train pour Luzarches qui vient de s’annoncer… 5 mn avant de partir. C’est 20 mn avant le départ que le quai de mon « Izy » est annoncé. C’est le 7.

Comme c’est l’usage désormais gare du nord pour les Thalys, les bagages passeront aux rayons x et les voyageurs sous des portails de sécurité… ça promet un vaste foutoir. Eh ben… pas trop. C’est bien organisé et on ne compte pas moins de quatre comptoirs de sécurité. Mais on peut néanmoins accéder facilement au train par un accès libre gardé par deux vigiles qui discutent…

Allez, on est journaliste ou on ne l’est pas, j’y vais…. Et je passe, et ce n’est que quelques mètres plus loin qu’un agent SNCF souriant (très rare en ce moment) m’arrête. Je lui demande s’il faut passer la sécurité. Il me répond que oui, je rebrousse donc chemin et repasse sans problème devant les deux vigiles qui discutent toujours le coup. Certes, je n’ai pas une tête de terroriste… Mais quand même.

Je passe les contrôles en moins de 10 minutes sans problème. Mais ce n’est pas fini. Il faut maintenant présenter son titre de transport au personnel du train. Après l’avoir consulté, l’agent m’indique (comme à tous les passagers) qu’il y a eu un souci informatique (voir encadré) et que « c’est placement libre dans les voitures 8 à 5 ». Alors que j’ai la voiture 8, je m’installe dans le wagon 5. Et le voyage s’est très bien passé, sauf quand la dame m’a réclamé sa place alors que le wagon était au ¾ vide.

Le retour s’est bien passé aussi … heureusement !

Dimanche 29 mai au matin, retour sur Paris par le Thalys 9312 de 08h43. Là où on commence à s’interroger, c’est lorsque l’on lit, là encore sur la feuille qu’on a imprimé en petit dans le texte : « Pour des raisons de sécurité, votre présence à l’embarquement du train est obligatoire au minimum 2 mn avant le départ ! » 30 mn à Paris, 2 à Bruxelles…

En bon Français, j’applique les consignes de mon pays et j’arrive à la gare du midi 30 mn avant le départ (je voulais surtout acheter deux fardes (cartouches) de cigarettes et faire quelques achats chocolatés). J’accède à la gare par la seule entrée avenue Fonsny. Elle est gardée par deux militaires qui ne m’accordent pas un coup d’œil…

Je fais mes achats en deux temps trois mouvements et il me reste 22 minutes selon les consignes de Thalys… Je traverse la gare pour voir comment ça se passe pour la sortie Place Horta… Là, c’est la grosse artillerie, camions militaires alignés, des militaires et des policiers partout… sauf que la place est vide… il n’y a personne.

Comme j’ai envie de m’en griller une avant de partir, je me dirige vers le quai 5B. Il est bien indiqué qu’il y a des contrôles, il y a même un marquage … sauf qu’il n’y a personne, rien de rien, désert complet, on accède au quai sans problème… L’attentat du Thalys est passé aux oubliettes… c’était le 21 août 2015… c’est si loin déjà.

Seule manifestation sécuritaire visible, c’est le contrôle d’identité de la Police de l’Air et des Frontières française (PAF) lors du voyage retour… Ce même jour, Claude Boumal qui rejoignait Paris par le Izy 9606 de 16h29 confirme : « Aucun contrôle à Bruxelles ! Et on m’a attribué un numéro de siège qui n’existe pas…Heureusement il restait de la place… » (Voir encadré)

Alors pourquoi deux poids deux mesures ? Le risque est le même de chaque côté de la frontière. Pourquoi n’y a-t-il pas harmonisation ? Les Français font-ils le travail des Belges ? Autant de questions que se posent les voyageurs qui auront peut-être leurs réponses… après le prochain attentat ?

Marre des « soucis informatiques » sur Thalys !

La mésaventure de Claude Boumal, je l’ai rencontrée souvent. Montant régulièrement sur Bruxelles, le souci informatique rencontré au départ n’est que le dernier recensé. Car des soucis informatiques, je les rencontre surtout lorsque je reviens de Bruxelles. Arrivé ce matin sans encombre sur le quai (lire plus haut), je regarde la composition de la rame sur le panneau et, surprise, ça ne correspond pas.

Le n° de train est bon, les horaires aussi, mais pas le n° de voiture. Le mien c’est le 6… et la rame commence à 20. Un agent Thalys nous explique qu’il y a eu un problème informatique et qu’en fait, ma voiture 6… est devenue 26.

Et ça occasionne des situations plus ou moins cocasses comme la dame qui me réclame sa place alors qu’on est en placement libre et que le wagon est quasi vide.

Mais il y a aussi la double réservation de siège, j’en ai connue souvent. Le pire, ce fut l’hiver dernier, le Thalys arrivant de Cologne à Bruxelles pour rejoindre Paris est arrivé bondé en gare du midi. Les passagers de Bruxelles sont montés comme ils pouvaient et ont voyagé là où ils pouvaient dans les allées et les coursives. On ne pouvait plus passer. Pour ma part, je suis resté assis 1h20 en face des toilettes qui ne désemplissaient pas.

Alors oui, marre des soucis informatiques… à moins que ce ne soit moi qui ait le mauvais œil.

Hd.

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY