Bruxelles, deuxième ville de congrès au monde?

Comme en football, on est toujours très fier de bien figurer dans les classements. C’est ainsi que l’UAI a déposé son rapport annuel, dans lequel pour la 7e année de rang, Bruxelles figure à la deuxième place mondiale et à la première place européenne comme ville de congrès.

Le classement de l’Union Internationale des Associations

En 2015, 665 conférences internationales ont été organisées dans la ville. C’est Singapour, avec 736 conférences, qui occupe la première place. Viennent ensuite Séoul avec 494, Paris 362, Vienne 308 et Tokyo 249. Patrick Bontinck, CEO de Visit Brussels se réjouit évidemment de voir que le travail des dernières années porte ses fruits, et il espère beaucoup de la création récente de l’Association Bureau en conjonction avec le Convention Bureau. La nuance est subtile…

Un peu d’auto-satisfaction

« Un certain nombre de facteurs font en sorte que la ville reflète une image positive », nous dit l’article de Visit Brussels : des facilités et des services modernes, flexibles et responsables ; une position géographique centrale, un parc hôtelier de haut niveau. L’expertise de l’équipe permet d’assurer l’accueil des visiteurs, d’effectuer de pré-réservations et d’apporter tout support organisationnel. Ce que font en principe les DMC (s’il en reste…), sans l’aide d’argent public.

L’Association Bureau ? C’est nouveau

C’est un concept paraît-il unique, qui offre des services personnalisés aux associations internationales, leur fournit des solutions et répond à leurs besoins et questions. Encore une fois, tout ce que devaient faire les DMC…

D’autres questions à se poser.

Nous ne sommes pas naïf au point de croire que cette enquête tient compte des événements terribles de ce début d’année, puisqu’elle porte sur 2015 ; et surtout elle ne précise pas quels critères sont nécessaires pour figurer dans la liste en tant que congrès. Si toute réunion internationale de plus de 100 personnes et réunissant plus de 5 nationalités différentes est comptée, il est évident que le mérite est partagé… Sans faire la fine bouche, on doit bien se dire que les institutions européennes nous donnent un coup de pouce plus que substantiel.

Tout n’est pas rose pour autant

Nous n’allons pas dénigrer ici toute la politique MICE mise en place par Visit Brussels. Mais on ne peut s’empêcher de mettre en parallèle d’autres chiffres, et notamment l’étude de qualité faite régulièrement sur la destination, et qui vient aussi de sortir ses résultats.

Elle mêle assez souvent les chiffres du tourisme et du MICE, et donc comparaison n’est pas raison. Mais on est surpris de constater que les remarques faites il y a 15 ans sont toujours les mêmes : manque de mobilité, manque de propreté, de sécurité, et surtout manque flagrant de service ! Nous entendons par là la simple amabilité, l’art de l’hospitalité.

Celle-ci est fortement décriée dans certains hôtel « budget », dans les taxis et transports en commun, et quasiment toujours dans les « restaurants » de l’Ilot Sacré. Voilà une vitrine « belge », bruxelloise en tout cas, qui cause bien du tort à l’image de la ville.

On attendra la prochaine enquête

Nous sommes curieux de voir les futurs résultats de cette enquête de qualité, prenant plus en compte par exemple le piétonnier. Déjà quelques remarques fleurissent à son propos, émanant toutes de visiteurs non bruxellois, évidemment. Pas une n’est positive… C’est quand même symptomatique, non ?

Mais bon, nous sommes la première ville de congrès en Europe, avant Paris et Londres… Ne boudons pas notre satisfaction, à défaut de plaisir, et à défaut de savoir comment tout cela est comptabilisé.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY