Brussels Airport sera plus sûr avec plus de technologie

Le ministre de la Sécurité et de l’Intérieur, Jan Jambon, et le directeur de Brussel Airport, Arnaud Feist, ont détaillé mercredi l’ensemble du plan de sécurité qui est en train d’être mis en place à l’aéroport de Bruxelles.

Les grandes tentes blanches, installées lors de la réouverture de l’aéroport, qui abritaient des installations de « pré scanning » des bagages mais où on ne contrôle plus rien depuis longtemps, vont disparaître dès le 7 novembre. En revanche, des portiques de sécurité dernier cri seront intégrés aux entrées du hall.

Une révolution technologique 

Ce n’est qu’un des aspects d’une vraie « révolution technologique » qui verra le renforcement du parc de caméras à reconnaissance faciale dans l’aéroport mais aussi l’installation de systèmes de lectures des plaques d’immatriculation des véhicules aux abords du site. De telles technologies ont déjà été déployées dans d’autres aéroports internationaux, notamment à Schiphol.

Ce sera aussi la fin officielle de la zone « Kiss&Ride », qui était déjà fermée depuis le 22 mars. Le passage par les parkings, avec leurs caméras de contrôle, sera désormais obligatoire pour tous les véhicules.

Une présence humaine plus discrète

A côté de ces investissements « technologiques », on va aussi basculer vers une présence plus discrète des moyens humains, mais plus efficace. Ainsi, à l’instar de ce qui a été mis en place à l’aéroport de Tel Aviv, il y aura des policiers en civil spécialement formés à détecter les comportements suspects, non pas en fonction de « l’âge ou de l’origine ethnique », a bien pris soin de préciser Jan Jambon, mais selon une méthode basée sur l’analyse de l’attitude des passagers.

Permanence policière

La police fédérale, car ce n’était pas le cas, sera désormais présente en permanence dans le centre opérationnel de l’aéroport, et une équipe d’intervention « plus rapide » sera mise en place. Pour le ministre de l’Intérieur, ces mesures ont vocation à se décliner à terme dans les autres aéroports belges.

Un trafic fluidifié ?

La mise en œuvre de ces mesures, assure-t-on, se fera sans compliquer la tâche des voyageurs. Au contraire, elles devraient permettre de fluidifier le trafic. Arnaud Feist avait d’ailleurs déjà déclaré le mois dernier que, d’ici la fin de l’année, l’aéroport serait en mesure de garantir que, pour tous les vols européens, il suffira de se présenter à l’aéroport 45 minutes avant le décollage. Et si par malchance un passager devait manquer son vol, l’aéroport lui rembourserait intégralement son billet.

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY