Brussels Airport, encore loin d’être « Back to business »

Brussels Airport a-t-il rouvert trop tôt son hall de départ ? Les nouvelles procédures ont-elles été suffisamment testées ? La sécurité des passagers en partance s’est-elle vraiment améliorée depuis le 22 mars ? Autant de questions qui se posent, parmi d’autres, aux responsables, à tous les responsables de l’aéroport, transformé depuis lundi en une gigantesque foutoir et dont certains, même, appellent aujourd’hui carrément au boycott.

La faute aux syndicats ? C’est le président de Brussels Airport lui-même, Marc Descheemaecker, qui semble le penser, qui postait dès lundi après-midi sur sa page Facebook des mots qui laissaient peu de place au doute : « Quelques délégués des syndicats policiers s’accrochent à ce système de pré-filtrage ridicule. Supprimez ça… supprimez ça…», notant au passage que « nous nous tirons une balle dans le pied et nous rendons ridicules à l’étranger ».

« Tous dehors ! »

Toujours sur Facebook, l’ancien patron de la Poste, Johnny Thijs, y allait aussi de ses suggestions : « Comment les syndicats peuvent-ils dominer ce débat? Qu’est-ce qui leur donne le droit d’imposer des mesures ridicules? […] Tous dehors et privatisons la sécurité à l’aéroport! », rien de moins.

Quant aux syndicats, leur réaction indignée ne s’est évidemment pas faite attendre… Si une chose est sûre, c’est qu’ils seront en grève le 24 juin, puisque c’est la date de la grève…générale, qui a justement été annoncée hier. Ça tombe bien.

Plutôt à Amsterdam !

Voyons maintenant du côté de Twitter. Là, une passagère excédée, et pas n’importe laquelle, puisque directrice à la Banque Nationale, appelait à aller plutôt prendre l’avion à Amsterdam — des propos dont elle a dû ensuite s’excuser. D’autant qu’elle est aussi vice-présidente du Conseil supérieur de l’emploi, et qu’un boycott de l’aéroport aurait des effets encore plus catastrophiques…

Pas de miracle !

Vers midi, les files d’attente avaient cependant disparu, les voyageurs ne devant plus patienter que 10 minutes pour entrer dans le hall des départs. Aucun « changement structurel » au dispositif n’avait pourtant été mis en place Miracle ? Non, c’est le moment de la journée où il y a le moins de vols… On attendait donc la soirée avec une certaine inquiétude, avec l’enregistrement des passagers étrangers pour leur vol de retour et le départ des vols de nuit…

Bref, Brussels Airport est encore loin d’être « back to business », comme s’en était un peu vite félicité le Premier ministre, Charles Michel, lors de la remise en service du hall des départs, dimanche dernier. Un nouveau système devait entrer en application aujourd’hui : on en saura donc plus… ce soir. Des contrôles plus orientés, plus de contrôleurs et plus d’entrées pourraient être quelques-unes des solutions envisagées.

volotea logo

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY