Brussels Airlines : plus de 600 vols annulés

Les syndicats représentant les pilotes de Brussels Airlines ont appelé à une action de grève ce lundi et mercredi. Pour la journée de Lundi, ce sont 34.000 passagers qui seront en souffrance.

Les pilotes avaient de l’espoir avec les allemands

Les pilotes de Brussels Airlines sont soumis à des efforts salariaux depuis 2012. Les pilotes espéraient (naïvement) que le rachat de leur compagnie par Lufthansa, en 2017, leur permettrai d’avoir des compensations. Ils ont rapidement déchanté après le licenciement de leur patron, Bernard Gustin, et de son bras droit.

La nouvelle patronne doit restaurer la rentabilité

Christina Foerster, la nouvelle directrice générale de la compagnie aérienne, a été parachutée pour restaurer la rentabilité de l’entreprise. La compagnie aurait supporté 26 millions d’euros de pertes au premier trimestre et va perdre quelque 10 millions supplémentaires en raison de la grève.

Les revendications des pilotes paraissent légitimes

Les syndicats sont insatisfaits des mesures annoncées dont une augmentation de salaire de 3% en 2019 et la possibilité d’une augmentation similaire l’année suivante; des jours de repos supplémentaires pour les pilotes de plus de 60 ans; et la reconnaissance des emplois du personnel navigant comme des emplois lourds, ce qui apporte des droits supplémentaires en ce qui concerne les heures travaillées.

Au-delà des augmentations, les pilotes demandent un allègement de la charge de travail et un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée.

Les pilotes belges font rarement la grève

En cas de grève, ce ne serait que la deuxième fois qu’une telle action aurait lieu depuis les 16 années d’existence de Brussels Airlines. Nous sommes loin des performances des pilotes d’Air France, en la matière.

Le mécontentement est donc particulièrement profond, non seulement parmi les pilotes mais aussi parmi le personnel navigant et le personnel au sol.

L’intégration de Brussels Airlines dans le groupe Lufthansa Eurowings et la manière dont cette intégration est réalisée jouent aussi un rôle, celles-ci suscitant une très grande incertitude.

Lufthansa lance des menaces

Le directeur de la communication de Lufthansa, Andreas Bartels, a fait savoir (en niant toute menace…) que la société n’avait pas l’habitude d’investir « dans une flotte dont le positionnement en termes de coûts n’est pas correct »… « Nous investissons là où il y a des perspectives de croissance ».

La façon brutale de licencier Bernard Gustin aura eu des effets. Par ailleurs intégrer Brussels Airlines à Eurowings ne doit pas réjouir le personnel. Des licenciements sont malheureusement à craindre…

 

Print Friendly, PDF & Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY