Brussels Airlines et Eurowings, main dans la main …

Depuis ce jeudi, c’est officiel, Brussels Airlines est rachetée à 100 % par Lufthansa Tout le monde a déjà évoqué le rachat final de la compagnie belge par le groupe allemand. C’était une histoire écrite depuis sa création. Lufthansa cherche à faire croître sa filiale low-cost Eurowings. Il est possible que Brussels Airlines accompagne cette stratégie en devenant, à terme, « Brusselswings »

Des éloges du groupe allemand sur Brussels Airlines

Le groupe Lufthansa a fait des éloges sur les efforts de restructuration de Brussels Airlines qui ont amené ses coûts parmi les plus bas au sein du groupe allemand. Brussels Airlines est historiquement très forte sur les liaisons vers l’Afrique, où Lufthansa a de vraies lacunes dans son réseau.

Une belle affaire pour Lufthansa

Si Brussels Airlines a pu transporter 7,5 millions de passagers en 2015 et a réalisé un bénéfice net record de 41,3 millions d’euros, l’exercice de 2016 devrait être moins brillant. Les attaques terroristes sur l’aéroport de Bruxelles en Mars dernier ont reseau-eurowingsmalheureusement ralenti l’activité de la compagnie belge.

Lufthansa a en plus fait une belle affaire en déboursant moins de 3 millions d’euros (2,6 M€) pour acquérir Brussels Airlines. Il faut admettre que selon une source que le groupe allemand aurait fait un prêt de 45 M€.

Tout pour Eurowings

Le groupe Lufthansa met de gros moyens sur Eurowings. Alors qu’on prévoyait une flotte de l’ordre de 100 appareils d’ici 2017, Eurowings pourrait voir sa flotte monter à 170 avions. Pour uniformiser cette future compagnie, Brussels Airlines serait rebaptisé « Brusselswings » selon « La Libre.be »

Slon nos confrères de Travel Inside, le rôle de hub de Bruxelles devrait être maintenu et des garanties auraient été obtenues en ce sens. Eurowings devrait toutefois faire son apparition sur l’aéroport.

Au niveau décisionnaire, le conseil d’administration comportera cinq Allemands pour quatre Belges. Durant un an, l’unanimité sera requise pour toute décision. Si des pertes d’emplois sont attendues, le chiffre global ne devrait pas diminuer. En effet, le réseau de la compagnie est appelé à se développer.

Il s’agit de contrer l’avancée inexorable de Ryanair en Allemagne et de desservir des destinations touristiques y compris sur le long-courrier. Air France-KLM suit une stratégie identique mais avec des moyens encore très limités.

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY