Brexit : peu d’impact à court terme sur le tourisme

Il est évidemment trop tôt pour dire exactement quelles seront les conséquences à long terme, pour l’industrie du voyage, du vote de la Grande-Bretagne de quitter l’Union européenne. Néanmoins, à court terme, la grande majorité des observateurs de l’industrie s’entendent pour dire que le Brexit ne devrait pas changer grand-chose pour l’industrie et les voyageurs.

Ainsi, le Conseil mondial du voyage et du tourisme (WTTC) se veut plutôt rassurant. « Les voyages à destination, au départ et au sein de l’Union européenne comme du Royaume-Uni ne seront pas affectés à court terme. Le processus exposé selon le Traité de Lisbonne tient compte d’une période de deux années de négociation dès lors que le Royaume-Uni annonce formellement son intention de quitter l’UE, et cette période pourrait même être prolongée selon l’accord de toutes les parties. » Et pendant cette période, la législation relative aux voyages demeurera inchangée.

DE MEILLEURS PRIX

D’autre part de l’Atlantique, la presse spécialisée américaine déclare que c’est un excellent moment de visiter le Royaume-Uni, en raison de la chute de la livre sterling.

La baisse de la livre sterling n’est évidemment pas une bonne nouvelle pour les voyageurs britanniques qui sortent du pays, mais pour les touristes d’autres pays, c’est le contraire. Pour les Américains, notamment, un dollar plus fort vis-à-vis de la livre permet de faire des économies dans les restaurants, boutiques, musées et tout au long du voyage.

S’il y a quelque questionnement de la part de l’industrie quant aux conséquences à court terme, c’est par rapport au changement éventuel du contrôle des passeports aux frontières, tout au plus.

Du côté de la France, nos collègues de l’Écho touristique rapportent que certains ont des inquiétudes quant aux conséquences du Brexit sur le trafic de voyageurs entre les deux pays. La France est la deuxième destination des Britanniques qui lui marquent une grande fidélité (66 % des Britanniques sont déjà allés en France), citant une publication d’Atout France.

RÉACTIONS DE L’IATA

En ce qui concerne le trafic des passagers, l’IATA a publié une évaluation de l’impact du Brexit sur le transport aérien au Royaume-Uni, dans lequel elle note que beaucoup d’incertitude demeure concernant les détails et le calendrier précis pour la sortie, ce qui pourrait prendre deux ans ou plus.

« L’incertitude prolongée influencera à la fois l’ampleur et la persistance des impacts économiques », déclare l’IATA, cité par Air Transport World.

Cette prédiction de l’IATA est considérée comme trop alarmiste par certains qui notent que les experts sont généralement en désaccord quant à l’impact final du Brexit. Des membres de l’industrie admettent, toutefois, que le trafic d’affaires pourrait baisser depuis et à destination de l’Angleterre.

Au final, la plupart des gens cités observent qu’à cette date, les diverses déclarations sont basées sur des spéculations et non des faits.

Logo_TourismePlus

 

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY