Boom des séjours à la neige pour les vacances de Noël

Les vacances de ski ont beaucoup de succès cette année. TUI enregistre déjà une hausse de 20 % des réservations pour toute la saison d’hiver par rapport à 2018, ainsi qu’une hausse de 10 % de la demande pour les vacances de Noël par rapport à l’année passée, et même de 25 % par rapport à 2017.

La semaine de Noël reste la plus populaire mais la semaine du Nouvel An enregistre cette année une plus forte croissance. Un Belge sur deux ira skier en France mais de plus petites destinations attirent de plus en plus. Les Belges optent en masse pour les stations de haute altitude avec une plus grande certitude d’enneigement.

Depuis 2016 et les fortes chutes de neige des deux dernières années, les vacances au ski gagnent en popularité chaque hiver. TUI enregistre déjà une hausse de 20 % des demandes pour l’ensemble de la saison d’hiver, par rapport à la saison 2018. Les vacances de Noël suivent la même tendance et enregistrent déjà une hausse de 10 % par rapport à l’année passée, et même de 25 % par rapport à il y a 2 ans (Noël 2017). Pourtant Noël reste la période de vacances la moins populaire pour des vacances à la neige : seuls 25% des skieurs choisissent cette période, contre 34% qui privilégient Carnaval et 41% Pâques.

Traditionnellement, 6 skieurs belges sur 10 partent pendant la 1e semaine, la semaine de Noël. Ils accordent moins d’importance au fait de fêter Noël en famille que le reste de l’Europe qui préfère partir la semaine de nouvel an. Le Belge préfère également partir le 1er jour de ses vacances et ne pas retourner au travail immédiatement après son retour de vacances. Bien que seuls 4 Belges sur 10 préfèrent partir au Nouvel An, le succès de cette semaine croît plus rapidement : 12% de skieurs de plus que l’an dernier contre 6% à Noël.

Du côté des destinations, c’est la France qui est la favorite incontestée

Elle réunit à elle seule plus de 50 % des réservations pour toute la saison d’hiver, y compris pour les vacances de Noël. Elle est suivie par l’Autriche qui réunit 30 % des skieurs. Par rapport à Noël 2018, la France enregistre une croissance de 14 % du nombre de vacanciers et l’Autriche 11 %. La croissance la plus importante se trouve cependant du côté de la Suisse qui doublera son nombre de skieurs en un an. Ce succès est dû en grande partie aux appartements bon marché qui arrivent dans l’offre suisse, généralement coûteuse. En France, la location est traditionnellement l’hébergement le plus courant, tandis qu’en Autriche les vacanciers privilégient l’offre gastronomique ou bien-être d’hôtels (familiaux).

La tendance est aussi aux destinations un peu plus originales comme la Laponie ou Andorre. La Laponie répond à la demande grandissante des amateurs de neige de pouvoir profiter de différentes activités dans un cadre original et féérique. La Laponie enregistre déjà une hausse de 47 % des réservations pour toute la saison d’hiver, par rapport à l’année passée. Les pentes moins raides d’Andorre sont un cadre idéal pour les familles avec enfants ou les débutants. Andorre séduit également par son atmosphère méridionale et ses boutiques hors taxes, et enregistre une croissance de 36%.

Les stations de ski les plus en altitude sont de loin les plus populaires, surtout en France. Beaucoup de skieurs veulent être certains de l’enneigement. Les Arcs, Tignes et Les trois Vallées sont les stations préférées des Belges pour les vacances de Noël. Les Vosges, situées beaucoup moins loin que d’autres régions, attireront également 50 % de visiteurs en plus qu’au cours des hivers précédents.

Lorsqu’on parle de ski, on pense automatiquement aux forfaits et à l’équipement. TUI note que de plus en plus de skieurs réservent les skipass à l’avance, ils sont environ 40 % à le faire. Cela leur permet d’économiser jusqu’à 50 % pour les domaines situés en France par exemple. Même tendance pour le matériel : une commande faite à l’avance est environ 20 % moins chère. De plus en plus de skieurs louent d’ailleurs leur matériel qu’ils retireront en station pour ne pas avoir à le transporter.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY