Boire ou piloter, that’s the question!

Chez Air India, ils n’ont pas encore tranché. Chaque année, ce sont plus de 200 pilotes et équipages de cabines qui ont un degré d’alcoolémie trop élevé ou qui ne veulent pas passer le test. La sécurité des vols est engagée mais il semblerait que la compagnie indienne ne souhaite pas vraiment agir. Il y a une raison …

Ces derniers mois, les chiffres sont alarmants

La Direction générale de l’aviation civile indienne a indiqué que plus de 130 pilotes et 430 membres d’équipage cabine de la compagnie nationale Air India n’ont pas voulu passer le test d’alcoolémie avant et après un vol.

Un ultimatum lancé à la compagnie Air India

La direction d’Air India a reçu un ultimatum de l’aviation civile sur les violations de sécurité des membres d’équipage de la compagnie aérienne avant de lancer une action coercitive. Dans le cadre du règlement de sécurité de la DGAC, tous les pilotes et l’équipage de cabine doivent subir un test d’éthylomètre avant et après les vols.

Tout membre d’équipage qui est testé positif lors du contrôle ou refuse d’effectuer un test éthylomètre doit être mis en congés de vol pendant au moins quatre semaines. Par ailleurs la compagnie aérienne est tenue d’engager une procédure disciplinaire.

Certaines destinations sont plus touchées que d’autres

Alcool pilote 1Les membres d’équipage qui ne passent pas le contrôle obligatoire volent le plus souvent vers des destinations comme Singapour, Koweït, Bangkok, Ahmedabad et Goa. Allez savoir pourquoi ?

Air India ne répond pas

La direction de l’aviation civile a envoyé des requêtes envoyées auprès des responsables de la compagnie aérienne. Mais ces messages sont restés pour le moment sans réponse. Il est clair que si la compagnie immobilise autant de personnel, elle risque d’être paralysée.

Un règlement simple mais pas respecté

Les règles interdisent aux membres d’équipage de prendre toute boisson alcoolisée 12 heures avant le début d’un vol. Les effets de l’alcool dans un avion sont amplifiés. Avec l’air comprimé sec d’une cabine d’avion à haute altitude, la capacité du corps à absorber l’oxygène est altérée. En conséquence, les effets secondaires d’une boisson peuvent finir par être deux ou trois fois plus prononcés à haute altitude par rapport à ce qu’il serait sur terre.

taux-alcool-etablis-par-loi-britannique-membres-equipage-controleurs-aeriens-ici-radio-canada(2)Un pilote suspendu devient directeur des opérations

La sécurité civile indienne avait en Février suspendu la licence de vol d’un pilote. Celui-ci est devenu directeur des opérations d’Air India. Un exemple qui doit intéresser d’autres pilotes…

L’Inde n’est pas le seul pays touché

On se souvient en 2016, l’affaire d’un pilote canadien en état d’ébriété au départ du Royaume-Uni. L’autre cas implique un pilote indonésien soupçonné de tenter de voler en état d’ivresse.

Cet incident a été particulièrement remarqué car des images montrent le pilote trébuchant en passant la sécurité de l’aéroport. La vidéo est toujours disponible : https://youtu.be/66WL0PaF1tU

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY