Blablabus et Flixbus arrêtent ou réduisent leurs opérations… et d’autres sont en liquidation !

Comme l’ensemble du secteur du tourisme, les autocars longues distances ont pâti de la baisse des voyages avec le coronavirus. Si le trafic a été «quasiment stable » au premier trimestre, il a subi un véritable effondrement dû au confinement, tandis que la reprise s’est essoufflée à la fin de l’été, a indiqué mardi l’Autorité de régulation des transports (ART) dans un bilan semestriel. Le confinement en France et en France sonne l’arrêt de ces entreprises

Flixbus cesse temporairement notamment sur ses terres

L’allemand Flixbus cesse temporairement ses activités en raison des nouvelles restrictions. Le co-fondateur et directeur général de FlixMobility, André Schwämmlein, a évoqué dans le « Welt am Sonntag » les restrictions de voyage demandées par les politiciens.

« C’est pourquoi nous arrêtons maintenant complètement nos opérations de bus et de train en novembre dans l’espoir de pouvoir utiliser Flixbus pour nos clients à Noël. Flixtrain prend une pause hivernale temporaire ». « Lorsque la chancelière Angela Merkel demande « de ne pas voyager, cela a naturellement un impact sur la demande »

BlablaBus suspend en Allemagne et ailleurs

A partir du 26 octobre, il n’y aura plus de Blablabus en Allemagne, a annoncé le directeur général Christian Rahn. Tous les passagers ayant déjà réservé des voyages à partir du 26 octobre recevront une annulation automatique et le prix de la réservation sera remboursé.

À long terme, cependant, l’objectif est toujours d’étendre le service de bus longue distance en Allemagne. En France, l’activité fonctionne mais la société a réduit largement les fréquences. La marque Blablabus appartient à la société française Comuto , plus connue pour l’application de covoiturage Blablacar.

Les compagnies d’autocars touchées de plein fouet

Eurolines, spécialiste du transport en Europe, a été liquidé par son repreneur en 2019, la start-up allemande Flixbus. Les autocars Faure express ont été mis en liquidation.

L’ancienne branche autocariste du groupe Salaün, qui vient d’être liquidée, employait une soixantaine de personnes. Le tribunal de commerce de Saint-Brieuc a prononcé le 14 octobre, sa liquidation judiciaire. Cette société de transport public routier de voyageurs employait une soixantaine de personnes.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY