Birmanie: coup d’état militaire – arrestation d’Aung San Suu Kyi

Le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, et les ambassades occidentales en Birmanie ont exprimé de sérieuses inquiétudes quant à la possibilité d’une intervention de l’armée. Le pays a été dirigé par l’armée pendant 49 ans après un coup d’État de 1962.

Un porte-parole militaire a semé le trouble

Les tensions politiques se sont intensifiées cette semaine lorsqu’un porte-parole militaire a refusé d’exclure un coup d’État, quelques jours à peine avant la convocation d’un nouveau parlement. Il a averti que les forces armées pourraient « prendre des mesures » si ses plaintes concernant la fraude électorale n’étaient pas traitées.

Le parti d’Aung San Suu Kyi a été reconduit au pouvoir

Les allégations d’irrégularités répétées de l’armée lors des élections, dans lesquelles la NLD a remporté 83% des sièges, ont conduit à la confrontation la plus directe à ce jour entre le gouvernement civil et l’armée, qui a un accord de partage du pouvoir.

La commission électorale du Myanmar a rejeté jeudi les allégations de fraude électorale de l’armée, affirmant qu’il n’y avait pas d’erreurs suffisamment importantes pour affecter la crédibilité du vote.

24 heures plus tard …

L’armée, connue localement sous le nom de Tatmadaw, a déclaré que les récentes remarques de son commandant en chef, le général en chef Min Aung Hlaing, au sujet de l’abolition de la constitution avaient été mal interprétées. « Le Tatmadaw protège la constitution de 2008 et agira conformément à la loi ». La constitution en Birmanie réserve 25% des sièges au parlement pour l’armée et le contrôle de trois ministères clés de l’administration d’Aung San Suu Kyi.

Dernières minutes ….

” Le chef de facto du Myanmar, Aung San Suu Kyi, et d’autres personnalités du parti au pouvoir ont été arrêtés lors d’un raid tôt le matin, a déclaré lundi le porte-parole de la Ligue nationale pour la démocratie au pouvoir.

Cette décision intervient après des jours d’escalade de tension entre le gouvernement civil et la puissante armée qui a suscité la crainte d’un coup d’État à la suite d’une élection que l’armée qualifie de frauduleuse”.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY