Biden et les États désunis d’Amérique

© belga

Notre chroniqueur éco nous explique que les Américains qui ont voté pour Trump font passer l’économie avant la santé. Ce sont en quelques sorte des partisans de l’immunité collective. Ce qui se passe en ce moment aux Etats-Unis est fascinant, étonnant même. D’abord, ces élections présidentielles américaines montrent une fois de plus qu’il ne faut pas se fier aux sondages.

Ils annonçaient une vague démocrate qui allait emporter tout sur son passage, sans oublier le vote des Républicains déçus qui allait renforcer cette vague bleue.

Bref, nous, européens, attendions ce qu’on espérait attendre et ce que nous disaient les sondages. C’est raté. Non seulement Donald Trump conteste déjà le résultat final des élections, mais il a démontré par sa résistance qu’il n’a pas été élu par accident en 2016, et qu’il n’est pas seulement une erreur ou une parenthèse de l’histoire, sinon comment expliquer qu’une grande partie des Américains ont voté pour lui ?

Des sondages insondables…

Quant aux sondeurs, ils viennent de comprendre que les électeurs qui votent pour un parti ou une personne extrême ne l’expriment pas dans un sondage par téléphone. En France, on le sait de longue date, les électeurs du Front National ne disent pas qu’ils votent extrême droite par discrétion et pour éviter d’éventuels commentaires. Résultat, les votes des partisans de Marine Le Pen sont souvent sous-évalués.

Ces élections présidentielles US sont aussi fascinantes car elles nous rappellent que les Américains ne sont pas des Européens qui parlent anglais. La preuve ? Prenez la gestion catastrophique de la pandémie aux États-Unis, prenez les émeutes raciales qui ont eu lieu aux États-Unis, rien que ces deux éléments auraient dû éliminer de la course présidentielle Donald Trump selon des yeux européens.

Or, il n’en est rien parce que les Américains qui ont voté pour Trump font passer l’économie avant toute autre considération

Pour les partisans de Trump, les confinements, le télétravail, les masques et les couvre-feux, c’est juste bon pour les européens. Eux se considèrent comme une nation choisie par Dieu et qui a une méfiance extrême envers l’Etat et les impôts, c’est une nation de pionniers. Et pour ces Américains, la seule philosophie qui vaille, c’est 4compte sur toi et sur ta débrouillardise, et sur personne d’autre’ !

Au fond, les partisans de Donald Trump sont souvent aussi des partisans de l’immunité collective. Mais le résultat aujourd’hui, c’est que même si Biden devient le futur locataire de la Maison Blanche, il va devoir gérer – s’il y arrive – un pays divisé en deux. Le 3 novembre dernier, ce pays magnifique par ailleurs a changé de nom sans prévenir: il s’appelle désormais « Les États désunis d’Amérique ».

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY