Berlin : la deuxième vie du château des rois de Prusse

Incendié en 1945 et rasé cinq ans plus tard, le château des rois de Prusse à Berlin va renaître de ses cendres. L’Allemagne a décidé de reconstruire en partie ce pan de patrimoine, qui sera inauguré à la fin de cette année.

Détruit pendant la Seconde Guerre mondiale

Mais de quoi s’agit-il ? En 1443, une famille noble commence à édifier un château à Berlin. Au fil des siècles, celui-ci subit moult travaux d’agrandissement. Au début du XVIIIe siècle, Frédéric Ier, roi de Prusse, y entreprend des chantiers encore plus imposants pour transformer l’édifice en un splendide monument baroque inspiré des palais romains.

Plusieurs monarques impériaux allemands y résident jusqu’en 1918. Mais après l’Armistice, Guillaume II abdique et la République est proclamée. Le château, lui, rend l’âme lors du conflit suivant.

Le 3 février 1945, les Alliés bombardent l’édifice, qui flambe quatre jours durant. Au bord de l’avenue Unter der Linden, face à la cathédrale protestante, le Berliner Dom, il n’y a plus que des ruines.

Cinq ans plus tard, en 1950, ce qu’il reste de ce symbole de la monarchie est définitivement abattu. Il faut préciser que l’édifice avait en plus la mauvaise idée de se trouver en République Démocratique RDA… À la place, on y construit un Palais de la République, inauguré en 1976.

Le lieu, destiné aux cérémonies du régime communiste, n’aura pas la même longévité. Rapidement obsolète, rempli d’amiante et victime de la… réunification, le Palais de la République disparaît à son tour en 2008.

Des collections de musée

Entre-temps, une drôle d’idée a fait du chemin. Pourquoi ne pas reconstruire… le château des rois de Prusse à l’endroit même où il était ? Les défenseurs du projet y voient l’occasion de retrouver les perspectives architecturales historiques de la capitale allemande.

Les débats seront vifs mais, en 2013, le chantier est lancé. 600 millions d’euros permettront de reconstruire trois des quatre façades à l’identique du palais historique. Elles sont restaurées à partir de photos, dessins et de fragments. La quatrième façade sera plus moderne, pour bien rappeler qu’il s’agit d’une reconstitution contemporaine.

L’intérieur, lui, reste moderne sur 40.000 mètres carrés. Car le « Humboldt Forum », du nom d’un naturaliste allemand né il y a un quart de millénaire, n’est plus uniquement destiné aux personnalités de sang royal : il abritera désormais les collections des musées ethnologiques et d’art asiatique, des collections scientifiques de l’université, une bibliothèque, des restaurants, des boutiques.

 

Print Friendly, PDF & Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

commentaires

Aucun commentaire

Laisser une réponse