Belgocontrol n’existe plus…

Belgocontrol fête ses 20 ans cette année. Cette organisation assure la sécurité du trafic aérien dans les aéroports nationaux et régionaux et du trafic aérien entrant et sortant dans l’espace aérien belge. Les contrôleurs aériens de Belgocontrol auront géré environ 20 millions de vols au cours des 20 dernières années. Aujourd’hui, une page se tourne.

Bon, il ne faut pas exagérer…

Belgocontrol va poursuivre ses activités mais va changer de nom. On se veut plus moderne et comme en France, on s’emploie à trouver des termes anglophones. C’est un peu dommage. À partir du 8 novembre 2018, Le nouveau nom de Belgocontrol sera « skeyes ».

Johan Decuyper, CEO de Belgocontrol, fier de sa nouvelle identité

Selon les animateurs de Belgocontrol, « skeyes fait référence à l’espace aérien et aux yeux de nos contrôleurs aériens qui sont concentrés sur le ciel. Mais il représente également la manière dont l’entreprise considère les personnes : les passagers, les clients, les parties prenantes. Nous surveillons leurs intérêts et leurs désirs dans tous les départements de notre société : du personnel technique aux météorologues en passant par le personnel administratif, en passant par tous les services de support. Et « skeyes » se tourne vers l’avenir : un avenir durable pour la société, une attention particulière étant accordée à la durabilité du trafic aérien et de notre planète. Les couleurs bleu et vert du logo suggèrent sécurité et durabilité. Les lignes à travers le logo symbolisent les lignes que les contrôleurs aériens voient sur leurs écrans radar »… C’est fou ce qu’on peut trouver comme explication quand on veut changer une marque.

L’organisation indispensable au trafic aérien poursuit sa modernisation

Plus sérieusement, Belgocontrol suit de près les développements technologiques dans le secteur de l’aviation. La société étudie déjà les possibilités des tours numériques. D’autres agences de contrôle de la circulation aérienne en Europe les utilisent déjà et Belgocontrol peut et ne manquera pas cette étape.

L’unification de l’espace aérien européen avance tranquillement

L’unification de l’espace aérien est un autre défi pour l’avenir. Cet objectif sera atteint en alignant l’espace aérien civil et militaire. C’est la raison pour laquelle les deux centres de contrôle du trafic aérien (Belgocontrol et contrôle du trafic aérien militaire) coopéreront ensemble sur le site de Steenokkerzeel d’ici à fin 2019.

Au niveau européen, Belgocontrol coopère de manière proactive à l’unification, ce qui implique une optimisation du système complet. L’espace aérien européen afin d’augmenter la capacité mais tout en assurant la sécurité.

Un secteur qui va changer profondément dans les années à venir

Le marché du trafic aérien est en croissance constante. Ce n’est pas terminé car de nouveaux appareils font leur apparition dans le ciel comme les drones. Belgocontrol évoque même les avions sans pilote qui arriveront un jour. Mais il faudra attendre encore quelques années.

Il n’est pas certain que les passagers soient psychologiquement préparés à cette future révolution. Par contre, les taxis volants feront sûrement leur apparition dans les dix prochaines années. Il faudra bien assurer un contrôle de tous les instants.

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY