Belgian Travel Summit, Jour 3

Thème du jour : la révolution digitale. Un thème présenté par Thierry Geerts, auteur d’un bouquin très utile : Digitalis, (Comment réinventer le monde), Ed. Racine.

Tout se décline en milliards

C’est certainement un livre que je vais lire et garder ! Notre conférencier commence par rappeler des chiffres impressionnants : 7 milliards d’habitants sur terre, 4 milliards de connexions internet en 2017, 50 milliards d’objets connectés !

Notre smartphone est devenu tout à la fois un téléphone, une montre, un appareil photo, un ordinateur, une console de jeux, un walkman, un dictaphone, un agenda, etc… Il exprime bien ce constat : depuis une dizaine d’années, nous sommes obligés de tout réinventer. Pensons à la voiture autonome, au télé-Banking, à l’achat de musique et de films. Un petit tableau vaut mieux qu’un long discours pour mettre en lumière cette évolution.

Ères : Artisanat Industrialisation Digital

Contact : Personnalisé Standardisé Personnalisé

Volume : Faible Important Important

Prix : Élevé Bas Bas

En matière de tourisme, cela donne ceci :

Voyage individuel pour la haute société > Tourisme de masse > Voyage personnalisé pour tous.

Le mot d’un survivant

Nouveau débat par tables, avec quelques petites phrases « choc » : « Il faudrait inventer une app. capable de trouver rapidement la bonne app. dans chaque circonstance ». Ou encore celle de Wilfried Lauwers : « Cela fait 25 ans que j’entends ce discours : la technologie va faire disparaître l’agent de voyages. Je suis donc un survivant, et je compte le rester encore longtemps. »

Décrochage…

Il restait encore une séance le 4e jour, consacrée au Business Development. J’avoue que, personnellement, je n’ai pas du tout été intéressé par cette présentation qui relevait plus de la publicité pour la start-up créée par l’intervenant. Mais mon avis dépend sans doute beaucoup d’un effet de fatigue, après ces 4 jours intenses.

Conclusions ?

Peut-on tirer des conclusions de ce premier Belgian Travel Summit ?

-Retenons d’abord la capacité, malgré la perplexité ambiante, à réunir 61 personnes du monde du voyage dans une destination relativement lointaine.

  • Une capacité organisationnelle, encore accentuée par une flexibilité remarquable
  • Une capacité à réunir les équipes de 4 associations belges, au-delà de l’appartenance linguistique, et à les faire travailler ensemble.
  • Ce Summit n’était pas, comme on a pu le croire, une réunion d’agences de voyages, mais de prestataires de services appartenant à l’ensemble des secteurs du voyage (à l’exception du secteur hôtelier).

Peut-on déjà parier sur le fait qu’il y aura un 2e Belgian Travel Summit ? L’avenir nous le dira. En tout cas, il nous reste à dire merci aux créateurs et aux organisateurs pour un boulot « well done ».

 

 

A suivre pour une partie plus « tourisme »…

 

Print Friendly, PDF & Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY