Bangkok, en état de choc !

Quatre personnes au moins ont été blessées vendredi lors de l’explosion de plusieurs petites bombes dans Bangkok, à l’heure de pointe du matin, a annoncé la police thaïlandaise. Cela nous rappelle de mauvais souvenirs !

Des attentats réguliers en Thaïlande

On se souvient surtout de l’attentat du 17 août 2015, qui a eu lieu près du sanctuaire d’Erawan dans la capitale thaïlandaise, à proximité de plusieurs centres commerciaux. Le bilan fut lourd avec 20 décès, ce fut l’attentat le plus meurtrier de l’histoire du pays.

En 2016, plusieurs explosions ont eu lieu à quelques heures d’intervalle, jeudi 11 et vendredi 12 août, générant des scènes de chaos en Thaïlande. Les explosions ont eu lieu à Hua Hin, une station balnéaire très prisée des Thaïlandais au sud de Bangkok, tuant une personne et faisant plus de 20 blessés.

D’autres bombes avaient explosé sur l’île de Phuket. Deux autres personnes sont mortes dans d’autres explosions : un Thaïlandais dans l’explosion d’une bombe sur un marché de Trang, dans le sud du pays, tandis qu’une employée municipale a été tuée à Surat Thani, à 400 km encore plus au sud.

Des attentats qui surviennent lors d’une réunion sur la sécurité régionale

Les explosions ont retenti alors que la ville accueillait une réunion sur la sécurité régionale réunissant les ministres des affaires étrangères de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ANASE), ainsi que des représentants des États-Unis, de la Chine et de la Russie. On peut remarquer que cette réunion aura été l’occasion pour les États-Unis de régler des comptes avec la Chine.

Une situation délicate pour l’ASEAN

La lutte pour l’influence entre les États-Unis et la Chine a placé l’ASEAN dans une situation difficile. Lors de leur sommet de juin, les dirigeants de l’ANASE avaient adopté un cadre de participation pour Indo-Pacifique afin de rester du bon côté de Washington et de Beijing.

Les inquiétudes de l’ASEAN concernant la Chine sont particulièrement préoccupantes dans la mer de Chine méridionale, où Beijing utilise la force pour maintenir une revendication territoriale sur une vaste zone. Les pays qui sont concernés sont surtout : le Vietnam, les Philippines, la Malaisie et le Brunei.

Le secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, a soufflé sur les braises

Mike Pompeo a critiqué les actions de la Chine en Asie après avoir rencontré son homologue chinois pour la première fois cette année face aux tensions politiques entre les deux pays. Il suit en cela une politique peu diplomatique du président américain.

Mike Pompeo s’est élevé contre la «contrainte» chinoise exercée sur ses voisins de l’Asie du Sud-Est, sur la mer de Chine méridionale et sur la construction de barrages sur le Mékong.

Dans le même temps, Trump a annoncé vouloir taxer 300 milliards de dollars supplémentaires d’importations chinoises à partir de Septembre. Cette nouvelle décision n’est pas propice à apaiser les tensions.

La minorité musulmane thaïlandaise à nouveau pointée du doigt

Le chef de la police, Jakthip Chaijinda, a déclaré l’arrestation d’hommes, originaires de la région à majorité musulmane limitrophe de la Malaisie, en pleine insurrection depuis 15 ans et qui a provoqué la mort de près de 7.000 personnes. Cependant, l’officier a déclaré qu’il était trop ​​tôt pour établir un lien distinct avec la rébellion musulmane !

Le gouvernement et les quartiers d’affaires ont été la cible

Au moins trois autres bombes ont explosé autour d’un complexe gouvernemental hébergeant plusieurs ministères dans la partie nord de la ville. Les médias thaïlandais ont rapporté deux autres explosions près d’une station de métro aérien dans le quartier des affaires de Silom, dont un près d’un célèbre gratte-ciel du centre-ville.

Les attentats n’ont pas encore été revendiqués. On attend les suites d’une enquête qui sera compliquée.

 

Print Friendly, PDF & Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY