B-737 MAX: vos passagers ont le droit de savoir

Le Boeing 737 MAX va bientôt reprendre du service. En Belgique, il est (sera) opéré par TUI Fly, et de nombreuses compagnies aériennes dans le monde possèdent ce type d’avion. Comment vont réagir les passagers qui devront voler sur cet appareil ? Est-il fiable ? On tente d’y répondre en racontant son histoire, mois par mois, dans le seul but de rendre confiance. Mais l’accouchement du « nouvel » avion fut long et pénible, comme on va le voir.

20/10/2018 : début de cette triste histoire. Le vol JT610 de Lion Air s’écrase 13 minutes après son décollage de Jakarta. Ce B-737-8 était vieux de 3 mois seulement.

06/11/18 : Boeing informe ses utilisateurs que des données d’angle d’attaque (au décollage) peuvent être erronées et ont un impact sur les « procédures de correction d’urgence » : c’est la première mention d’un « Maneuvering Characteristics Augmentation System », ce fameux MACS, mais qui n’est pas cité pour l’occasion.

Le lendemain, le FAA (Administration américaine chargée de la certification des avions) recommande aux utilisateurs de mettre à jour le manuel de vol conformément aux explications données par Boeing.

Le 10 novembre, Boeing donne des explications complémentaires aux pilotes, en désignant pour la première fois ce MACS dont les pilotes n’avaient jamais entendu parler.

Trêve de 3 mois, et puis c’est le nouveau drame. 10/03/2019 : le vol ET302 d’Ethiopian Airlines -à nouveau un B-737-8, s’écrase 6 minutes après son décollage d’Adis Abeba. Le 11 Mars, les autorités chinoises interdisent les vols du MAX.

Le 12, elles sont suivies par les autorités d’Australie, de Singapour et de l’Union Européenne ; et enfin le 13 c’est la FAA qui suspend les vols, en confirmant que les deux accidents sont liés par une cause commune. Le lendemain, Boeing suspend la livraison de ces nouveaux avions, et va même jusqu’à en réduire la production dès le mois d’Avril.

Le 16 Mai 2019, Boeing annonce avoir terminé l’update de son système MAX et demande à la FAA un re-certification.

26/06/19 : Boeing reconnaît qui si la FAA n’a toujours pas donné suite à sa demande, c’est parce que d’autres problèmes sont apparus sur ce type d’avion lors des examens pour la re-certification, problèmes qui n’avaient rien à voir avec le MACS. Les spécialistes se rappellent qu’on avait découvert des « débris » assez importants dans des réservoirs de kérozène neufs, fournis à Boeing par des tiers, et que ces débris pouvaient obstruer l’arrivée du carburant et en conséquence provoquer l’arrêt des moteurs.

En Juillet, Boeing se plaint d’avoir déjà perdu près de 5 milliards de dollars sur cette affaire du MAX, et pourrait en interrompre complètement la production s’il n’est pas remis rapidement en service. En Janvier 2020, Boeing prend en charge la formation sur simulateurs de tous les pilotes de MAX, et dans le même temps arrête la production jusqu’en Mai.

Le 1er Juillet, Boeing et la FAA terminent 3 jours complets de vols d’essai pour la nouvelle certification. En Août, la FAA communique sur les changements effectués sur le MAX, et le 24 Septembre, les autorités brésiliennes, canadiennes, américaines et européennes s’accordent sur de nouvelles procédures d’entraînement sur ce type d’avion. Le 18 Novembre, la FAA met fin à l’interdiction de vol.

Ce qu’il faut retenir de tout ceci, c’est qu’après la réticence de l’avionneur à reconnaître ses erreurs, des procédures beaucoup plus strictes ont été mises en applications, tant sur l’information aux pilotes, le contrôle de qualité des fournisseurs que sur les programmes d’entraînements. On peut être certain qu’aucun autre avion au monde n’a fait l’objet d’un contrôle aussi minutieux, puisque poussé par l’extrême méfiance des organismes de certification.

On peut en conclure que le B-737 MAX est devenu un avion dont les critères de sécurité sont sans doute les plus sévères au monde. Alors oui, on peut voler sans aucune appréhension sur ce splendide appareil.

Source : Aviation Week & Space Technology.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY