Chaque million de passagers générerait en moyenne 1.400 emplois dans la zone aéroportuaire, pense-t-on. Et pas seulement dans les compagnies aériennes et de transport, mais dans les entreprises de services qui, aux alentours, poussent comme des champignons. A Zaventem, le secteur Horeca en est le bénéficiaire.

Sur la place du « village », blotti autour de son église, il n’y a pas que des banques ou des vendeurs de GSM. Les restaurants s’y sont multiplié ces derniers temps : français, italien, chinois, croate même, aujourd’hui rejoints dans la diversité de l’offre par Alfons Burger, spécialisé dans le burger « haut de gamme ».

« Burgernomie »

Son « inventeur », Roland Debuyst, possédait déjà à Zaventem la Brasserie Mariadal et le restaurant Orange. Son nouvel établissement, il l’a ouvert dans une belle maison du 17ème jusqu’ici dédié à une activité bistrotière bien connue des locaux. Il y propose désormais la « burgernomie », le mariage entre un burger de qualité et de bons produits.

Pour la viande de bœuf, son choix s’est porté sur la race irlandaise « black angus » et sur du Wagyu, le célèbre bœuf japonais de Kobe élevé en Espagne, d’où il importe aussi sa succulente viande de porc. Les buns, eux, sont faits à partir des meilleures farines, additionnés d’un mélange de céréales et de fleur de sel, cuits quotidiennement chez le maître boulanger Laurent Richard, de « La Fleur du Pain ». Il est aussi possible de commander un bun sans gluten, ou un Viking burger, élaboré sur base de pain suédois roulé.

« Burgermania »

Alfons Burger propose une douzaine de burgers, depuis le simple Friendly jusqu’au Likoké Burger, composé par le chef étoilé Piet Huysentruyt : un bun à l’encre de seiche et marrons fumés, garni de lard confit et laqué, salade et mayonnaise de roquette, crème d’ail, sauce Babi Pangang et tomme de chèvre. Mais aussi le Frenchy, black angus beef oignons rouges marinés, Emmenthal de Savoir et jambon cuit, sauce estragon et BBQ, le Biquette ou le Pata Nagra, comme leur nom l’indique, ou encore un fameux Asian Glory, composé entre autres de viande de bœuf Wagyu, sauce pad thaï, omelette avec ail et coriandre, cacahuète, sauce curry rouge. Prix en rapport…

Aux goûts du client

Pour ceux qui n’aiment pas la viande, il existe un burger au saumon, un autre au poulet, et pour qui n’aime pas les burgers, des spare ribs marinés, cuits à basse température et grillés, tomates, salade, et sauce BBQ. La cuisson de tous les burgers, accompagnés de frites, peut être commandée selon les goûts du client, saignants ou à point. La carte est simple, donc, volontairement limitée, mais n’y manquent ni les desserts ni un vin « maison » tout à fait acceptable. Et servi avec un cuberdon, le café s’avère même gourmand.

La clientèle du midi ? Des employés de l’aéroport, des vendeurs de voitures de la chaussée de Louvain toute proche, un ou deux couples illégitimes… Ils s’attardent peu, le décor n’y invitant guère : c’est le seul bémol de l’expérience.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY