Malgré le fait d’avoir subi un nouveau revers devant les instances judiciaires de l’Europe, les dirigeants de Charleroi Airport font face, restent mobilisés et particulièrement combatifs pour le futur de la 1ère plate-forme aéroportuaire du sud du pays et ses 7,7 millions de passagers.

Résumons.

En 2014, la Commission Européenne imposait par arrêté, sur plainte notamment de Brussels Airport, de porter le montant de la redevance annuelle (location de l’infrastructure propriété de la Région Wallonne) de 3 à 15 M€.

Et pour la Région Wallonne (via la Sowaer, Société Wallonne des Aéroports) et pour Charleroi Airport, le calcul de cette redevance n’était pas correct. Ce qui est d’ailleurs formellement reconnu par le Tribunal de l’Union Européenne.

Mais comme l’arrêt était exécutoire depuis 2014, l’aéroport carolo a prudemment adapté sa redevance pour d’incontestablement dû et pour la différence, le montant était placé (cantonné) sur un compte bloqué en attendant, en degré d’appel, un arrêt du tribunal de l’Union Européenne.

C’est cet arrêt qui est tombé ce 25 janvier et qui, en gros, rejette tous les arguments développés par les avocats de Charleroi Airport « contre » l’arrêt de 2014, imposant de la sorte à l’aéroport une redevance de l’ordre de 15 M€.

Charleroi Airport va plus que vraisemblablement respecter cette décision et, dans un 1er temps, libérer le montant cautionné depuis 2014, soit un peu plus de 31 M€ qui seront versés à la …Sowaer/Région Wallonne.

Aucun péril

« Le fait de respecter le volet financier de cet arrêt ne met en péril ni les activités et encore moins la pérennité de l’aéroport puisque les exigeances   européennes de 2014 sont intégrées  dans nos comptes depuis quatre ans déjà  » rassure Jean-Jacques Cloquet, CEO de Charleroi Airport.

Certes, une redevance de l’ordre de 15 M€ par an au lieu de 3 avant 2014, va contraindre l’aéroport carolo à revoir quelque peu son modèle de développement. Clairement, les actionnaires ne devraient, comme depuis 2014, plus guère toucher de dividendes, le montant de ceux-ci, il est vrai, correspondant plus ou moins à la différence entre 3 et 15 M€ ! Pour les usagers en tout cas, absolument rien ne va changer suite à cette imposition européenne.

En attendant Hong-Kong

Les quelque 130 destinations resteront aussi facilement accessibles au départ de Gosselies, avec les mêmes compagnies que celles qui opèrent aujourd’hui.

Pour la saison d’été 2021, la Sowaer mettra à disposition de Charleroi Airport   la piste allongée (30 M€ d’investissement) qui ouvrira alors de nouvelles perspectives commerciales pour la plate-forme wallonne.

Enfin, on devrait être rapidement  fixé sur les nouvelles opérations de la compagnie Air Belgium qui a décidé d’opérer, d’ici quelques semaines, un vol quasi quotidien entre Charleroi et Hong-Kong.

Ce projet « qui ouvre une nouvelle page pour l’aéroport » conclut Jean-Jacques Cloquet, mobilise toutes les équipes techniques de Charleroi Airport afin de permettre l’accueil, dans les meilleures conditions possibles, de l’A 340 leasé qui effectuera ces rotations carolo-chinoises.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY